SECURITE quartier Jonquière EPINETTES (14/06/2009)

Bienvenue blog.png

jonquiere 012.jpg A la lecture d’un blog « le journal d’un élu parisien » dont le rédacteur est connu des commerçants, artisans et professionnels du quartier des Epinettes, nos découvrons une analyse politique  très orientée.

 

Le groupement  ACAJA-CAPAC milite pour la diversité commerciale idéale tout en acceptant la diversité politique et culturelle de ses adhérents et sympathisants.

 

Les commerçants du quartier des Epinettes et plus particulièrement ceux qui exercent sur le territoire du groupement associatif ACAJA-CAPAC, sont en première ligne pour subir l’insécurité.

  

L’ACAJA-CAPAC ignore la procédure de concertation qui a permis l’élaboration du récent

 Contrat local de Sécurité et de Prévention D’Arrondissement-CSPDA.

 

Il est quand même surprenant  que l’ACAJA qui milite depuis des années, rue de la Jonquière et rues adjacentes, ainsi que la CAPAC avenue de Clichy,créée en décembre 2007 ne soient pas invitées ou consultées lors des réunions préparatoires à l’établissement du contrat CSPDA.

 

Depuis des années le président de l’ACAJA remercie et félicite les gardiens de la paix, les gradés, les officiers, les commissaires de police qui ont sécurisé notre territoire associatif, sous le commandement des différents Préfets de Police et Ministres de l’Intérieur.

 

L’insécurité nous connaissons, il faudrait se souvenir que c’est l’ACAJA qui a initié l’hommage au gardien de la paix assassiné par un prédateur boulevard Bessières, . Dans les minutes qui ont suivi l’hommage, une délégation conduite par Françoise de PANAFIEU accompagnée de Brigitte KUSTER et de Présidents d'assocations du quartier des Epinettes, a été reçue par le Ministre de l’Intérieur Nicolas SARKOZY, en présence du Préfet de Police de Paris Jean Paul PROUST 

C’est aussi l’ACAJA qui a négocié avec la famille d’une commerçante de l’avenue de Clichy assassinée devant sa fille, pour qu’une marche silencieuse puisse avoir lieu

un samedi après-midi.

 

L’ACAJA possède une liste de commerçants victimes d’agressions à main armée, de violences physiques et verbales.

Dans leurs boutiques les commerçants sont à l’écoute des rumeurs et des faits qui se déroulent dans les appartements des habitants, bien souvent, il s’agit de violences à l’encontre des femmes !

 

Concernant la délinquance dans le quartier des Epinettes, les visites nocturnes des militants du groupement ACAJA-CAPAC, nous permettent d’identifier certains individus venant s’approvisionner en produits illicites dans les rues de notre secteur associatif.

Nous n’ignorons pas non plus ce qui se passe dans d’autres quartiers du 17e arrondissement.

 

Il est quand même dommage:

 que le groupement ACAJA-CAPAC n’ait pas été invité et consulté lors des réunions préliminaires à l’élaboration du dernier CSPDA.

 

Ecrit par des membres du bureau de l'ACAJA.

 

 

Il ne faudrait pas ignorer l’insécurité routière dans le quartier des Epinettes  et l’insécurité des voyageurs qui empruntent la

ligne 13 du métropolitain. Il faut aussi être vigilant concernant l’insécurité des touristes dans

le 17e arrondissement. Nous veillons aux grains. VAG

JCJ

 

REPONSE AU REDACTEUR "LE JOURNAL D'UN ELU PARISIEN"

 

Le gestionnaire blogueur du blog le journal d'un élu Parisien, a jugé utile de faire une réponse  le 16 juin 2009, à la note écrite par des membres du bureau de l'ACAJA "Sécurité Jonquière Epinettes"

Les rédacteurs de la note ACAJA ont jugé utile de ne pas répondre à ce petit Monsieur, ils ont préféré classé son papier au fond de leurs archives poussièreuses.

Les membres du bureau continueront de veiller aux grains n'en déplaise à ce jacasseur blogueur  connu des commerçants du quartier Jonquière Epinettes.

Jean-Claude JANAN

carte de visite ACAJA.png
Ce jour, 14 juin 2009  rue Emile Brechet une violente bagarre opposant des jeunes!
à suivre
...
Ce jour, 12 janvier 2010
citons une phrase prononcée par le président de la République
à l'occasion de ses voeux adressés aux français le 31 décembre 2009
.
"Respectons-nous les uns les autres, faisons l'effort de nous comprendre, évitons les mots et les attitudes qui blessent. Soyons capables de débattre sans nous déchirer,
sans nous insulter, sans nous désunir".
.
La phrase du président de la Républiques est forte
 

 

13:54 Écrit par l'ACAJA | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook | |  Imprimer | |