Travail le dimanche (07/12/2014)

 FLASH INFO

De nombreux commerçants de

l'avenue de Clichy

sont favorables au travail

le dimanche.

***

Des milliers de touristes logent

dans les hôtels voisins.

***

Jamais les élus

"Conseillers de Paris"

ont auditionné

les membres du bureau de

l'association des commerçants

ACAJA.

***

 

Lu sur Facebook

Travail le dimanche : Paris a droit à la modernité(Crédits : Reuters)Alexandre Vesperini  |  12/11/2014, 7:46  -  702  motsIl faut que tout l'ensemble de la capitale obtienne le statut de zone touristique, les commerçants pouvant ainsi ouvrir librement le dimanche. Conserver la règlementation actuelle traduirait une vision pusillanime de l'économie, et condamnerait la capitale à jouer en deuxième division. Par Alexandre Vesperini, conseiller de Paris et secrétaire national de l'UMP, membre de la mission d'information et d'évaluation sur le travail dominical et nocturne du Conseil de Paris. C'est en début d'année prochaine que le ministre de l'économie, Emmanuel Macron, soumettra au Parlement son projet de loi « pour l'activité », qui prévoit d'augmenter la possibilité pour les maires d'autoriser les ouvertures de commerces le dimanche. Alors qu'elle est déjà largement appliquée en Europe, cette mesure suscite pourtant en France remous et divergences. 

Principale victime de ces querelles idéologiques, Paris et ses acteurs économiques sont donc suspendus à la promulgation de cette future loi ainsi qu'au débat municipal sur le travail dominical, qui doit se tenir au Conseil de Paris en février prochain.

Créer une zone touristique sur tout le territoire de la capitale

Pendant qu'en France on se donne le temps de la réflexion, les tour-opérateurs excluent la capitale de leurs tournées européennes, le chômage enregistre à Paris une hausse inquiétante de plus de 5% en 2013 et l'attractivité y recule dans les différents classements mondiaux.
A Paris plus qu'ailleurs en France, Anne Hidalgo serait ainsi bien inspirée de simplifier et de libérer le dimanche, en prenant une décision qui lui revient entièrement, à la fois favorable à l'emploi, conforme au bon sens et digne de Paris : la création d'une zone touristique sur tout le territoire de la capitale, qui permettrait à chaque commerçant d'ouvrir le dimanche.

Une décision favorable à l'emploi

Premièrement, cette décision est favorable à l'emploi. Dans les métropoles où le travail dominical est encouragé, plusieurs milliers d'emplois ont été créés. Sans produire à lui seul un point de croissance, le shopping dominical sera un levier pour l'activité. La SNCF et les Galeries Lafayette affirment par exemple vouloir embaucher respectivement 2000 et 1000 personnes en cas d'ouverture. La France est certes le pays des 35 heures mais elle doit maintenant accepter l'idée que c'est l'augmentation du travail qui créé du travail, et non l'inverse.

Renforcer l'image et la vitalité de Paris

Deuxièmement, la zone touristique à l'échelle de Paris est une mesure de bon sens. Actuellement, l'ouverture dominicale est autorisée dans sept zones intra-muros, ce qui pose deux problèmes : d'une part, le découpage de ces zones exclut certains quartiers touristiques majeurs (Haussmann, Saint-Honoré...) ; d'autre part, les commerces situés en lisière de ces zones en sont écartés et subissent une perte de chance considérable. Paris devrait donc laisser les commerçants ouvrir quand bon leur semble : là où il y aura demande, il y aura ouverture ; là où il n'y aura pas de demande, on trouvera porte close. 
Troisièmement, cette nouvelle zone renforcerait l'image et la vitalité de Paris. Souhaitons-nous vivre sans touristes curieux, sans flâneurs, sans visiteurs, et repliés sur nos ordinateurs à faire des achats sur Internet, en délaissant ainsi les boutiques de nos quartiers (25% des achats sur Amazon s'effectuent le dimanche) ? Londres, Berlin, Madrid et même Rome ont choisi de libéraliser le commerce dominical. Ces villes ont-elles pour autant été déshumanisées ?

La règlementation actuelle condamne Paris à jouer en deuxième division

Donner à tous les quartiers de Paris l'occasion de vivre le dimanche enverrait au monde le signal d'une métropole qui vit avec son temps. Conserver une règlementation aussi absurde qu'inadaptée et une vision pusillanime de l'économie condamne la capitale à jouer en deuxième division. 
Enfin, la zone touristique intégrale n'entraînera aucune réécriture du code du travail ni de ses acquis mais donnera lieu à des négociations par entreprise, qui ont été jusqu'ici favorables aux employés.
Évidemment, nos repères changeront : il deviendra délicat d'exercer dans le commerce en refusant de travailler le week-end ; la messe du samedi soir complètera un peu plus celle du dimanche matin ; le temps pour les enfants et les loisirs sera davantage transféré respectivement au mercredi après-midi et aux soirs de semaine. Notre société changera mais pourra gagner d'autres formes de solidarité ; notre ville changera mais pourra garder son authenticité dès lors que les élus accompagnent cette révolution des rythmes, qui du reste les dépasse.
Que Paris incarne cette révolution et la France entière remerciera sa capitale. Alors, chiche, Madame la Maire ?

15:24 Écrit par l'ACAJA | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | |