PARIS L'ESSENTIEL---L@VITRINE (21/01/2016)

-logo ACAJA.png

Les associations de commerçants en quête d'un nouvel élan

Comme le dit l'adage, l'union fait la force. C'est précisément la raison d'être des associations de commerçants qui animent les rues de la capitale et défendent jour après jour les intérêts de leurs membres. Mais comment motiver les adhérents quand leur nombre s'amenuise ?...

C'est la question que se posent la plupart des représentants d'association de parisiens, désireux de donner un nouvel élan à leur union commerciale. " A l'origine nous étions 120 adhérents, maintenant, nous sommes plus que 30, déplore Philippe Gluzman, président de l'association 5 sur 5. Si les commerçants étaient plus solidaires, on ferait beaucoup de choses". L'association continue toutefois à programmer huit animations par an dont en septembre, le Parcours BD dans le 5e arrondissement. Mais pendant combien de temps encore ?

1150696471.2.jpgAutre exemple: l'ACAJA, présidée par Jean-Claude Janan (Association des commerçants et artisans de la rue de La Jonquière, rues adjacentes et avenue de Clichy-17e), a des astuces pour motiver les commerçants à la rejoindre."Dans le quartier des Epinettes, beaucoup de commerçants viennent de différentes régions du monde et nous avons désigner l'un d'entre eux pour les représenter et organiser des rencontres et rendez-vous festifs. Nous avons également créé des Trophées pour récompenser les plus belles décorations de vitrines, les plus beaux aménagements de magasins ou encore pour souhaiter la bienvenue aux nouveaux arrivants et les encourager. Ces actions menées avec la CCI Paris sont très appréciées".

 ***

Cela dit, l'individualisme des commerçants, conjugué avec un contexte économique difficile rend de plus en plus ardue la collecte des cotisations et la participation aux animations. Aussi, selon Jean-Claude Janan, serait-il souhaitable de légiférer afin que les commerçants de proximité puissent disposer de fonds publics pour organiser notamment les illuminations.

Autres solutions: que les autorités locales mettent en place des managers de centre-ville pour animer les quartiers et apporter, par leur action de terrain, leur soutien aux associations de commerçants.

Gaëlle LP. novembre 2015

09:21 Écrit par l'ACAJA | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cci paris, acaja |  Facebook | |  Imprimer | |