Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/11/2015

PARIS L'ESSENTIEL---L@VITRINE

                             L@ VITRINE

Les associations de commerçants en quête d’un nouvel élan

Comme le dit l’adage, l’union fait la force. C’est précisément la raison d’être des associations de commerçants qui animent les rues de la capitale et défendent jour après jour les intérêts
de leurs membres. Mais comment motiver les adhérents quand leur nombre s’amenuise ?…

***
C’est la question que se posent la plupart des représentants d’associations
parisiens, désireux de donner un nouvel élan à leur union commerciale.
« A l’origine nous étions 120 adhérents, maintenant, nous ne sommes plus
que 30, déplore ainsi Philippe Gluzman, président de l’association 5 sur 5.
Si les commerçants étaient plus solidaires, on ferait beaucoup de choses… ».
L’association continue toutefois à programmer huit animations par an dont en
septembre, le Parcours BD dans le 5ème arrondissement. Mais pendant combien
de temps encore ?

***
Une union commerciale ne peut fonctionner que si chacun apporte sa pierre
à l’édifice : que ce soit du temps, des compétences ou tout simplement des
idées, elle ne peut vivre que si ses membres s’impliquent.
C’est le cas notamment de Carré Bastille, présidée par Dorothy Polley
qui fédère 80 professionnels du quartier, commerçants, restaurateurs,
galeristes, artisans, designers, créateurs, graphistes, artistes… La majorité
d’entre eux participent à chaque événement de l’association : festival,
braderie, rencontres pros, guide…. Les raisons de cette forte mobilisation ?
Un bureau motivé et soudé, un programme annuel d’animations et une personne
dédiée à la communication et au développement (voir le témoignage ci-contre).

***
11870877_10207784717800483_7173958696674562815_n.jpgAutre exemple : l’ACAJA, présidée par Jean-Claude Janan (Association des commerçants et artisans de la rue de La Jonquière, rues adjacentes et avenue de Clichy - 17ème), a des astuces pour motiver les commerçants à la rejoindre. « Dans
le quartier des Epinettes, beaucoup de commerçants viennent de différentes régions du monde et nous leur avons proposé de désigner l’un d’entre eux pour les représenter et organiser des rencontres et rendez-vous festifs.

Nous avons également créé des Trophées pour récompenser les plus belles décorations de vitrines, les plus beaux aménagements de magasins ou encore pour souhaiter la bienvenue aux nouveaux arrivants et les encourager.

Ces actions menées avec la CCI Paris sont très appréciées ».

Cela dit, l’individualisme des commerçants, conjugué avec un contexte
économique difficile rend de plus en plus ardue la collecte des cotisations et la
participation aux animations.

Aussi, selon Jean-Claude Janan, serait-il souhaitable de légiférer afin que les commerçants de proximité puissent disposer de fonds publics pour organiser notamment les illuminations.

Autre solution : que les autorités locales mettent en place des managers de centre-ville pour animer les quartiers et apporter, par leur action de terrain, leur soutien aux associations de commerçants.

.

Source: L@VITRINE L'ESSENTIEL DE L'INFO POUR LES COMMERçANTS

CCI PARIS ILE-DE-FRANCE

11886132_422472557960850_5299992532071395033_o.png

07/11/2015

Projet ACAJA avenue de Clichy à Paris XVII

11886132_422472557960850_5299992532071395033_o.png

3847868893.jpg

Le projet en étude de l'association

Il faut OSER pour GAGNER

 

***

NOCTURNE

AVENUE DE CLICHY

SAMEDI ***

Tous les Commerçants Artisans

ont le plaisir de vous accueillir

dans leurs boutiques jusqu'à 21h00

ça se passe comme ça

AVENUE DE CLICHY

Paris XVII

***

12143085_1682295452006786_4058754959234494096_n.jpg

***

**

*

 Et pourquoi pas aussi

Rue de La Jonquière

***