Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/12/2016

Stationnement sur les trottoirs rue de La Jonquière à Paris 17ème---ça suffit!

LOGO ACAJA 01032016.png

STOP

à la liberté de discernement

des Agents de la Police Nationale

rue de La Jonquière

Paris XVII

***

Une fois de plus les commerçants de proximité sont impactés, les trottoirs élargis obtenus par l'ACAJA en 2007, pour la requalification commerciale de la rue La Jonquière sont devenus des zones de stationnement gratuit.

P1070116.JPGe

DROIT DE L'USAGER - Par Me Rémy Josseaume, avocat à la Cour.

Aux termes de l'article R 417-10 du Code de la route, tout véhicule, dont les deux-roues motorisés, doit être placé à l'arrêt ou en stationnement  de manière à gêner le moins possible la circulation. Pourtant, de nombreux usagers pensent, à tort, être en droit de stationner sur les trottoirs. La justice vient de condamner cette pratique.

• Le Code de la route sanctionne tout arrêt ou stationnement d'un véhicule sur les trottoirs, les passages ou accotements réservés à la circulation des piétons d'une amende de 35 euros. Face au manque criant de places de stationnement réservées et dédiées aux deux-roues motorisés, il est fréquent que l'usager stationne sur le trottoir.

• Cette habitude est «encouragée» par l'appel  à la tolérance de certaines autorités administratives, comme à Paris par une note du préfet de police de paris no 27/2008 du 1er avril 2008.

Le préfet reconnaissait dans cette note le manque d'emplacements dédiés aux deux-roues, et invitait les forces de police à faire preuve de discernement au moment de verbaliser en l'absence évidente de gêne pour le cheminement des piétons.

• La justice fait aujourd'hui de plus en plus souvent une stricte application de la loi, estimant que cette note n'a aucune valeur légale et que l'agent dispose de sa liberté d'appréciation.

• Cette situation devient d'autant plus préoccupante que les efforts des pouvoirs publics sont insuffisants pour créer des zones dédiées par rapport à l'augmentation du nombre d'utilisateurs et que l'État envisage de passer le PV  de 35 euros à 135 euros.

 

Mesdames et Messieurs les Conseillers de Paris élus du 17ème.

on ne lâchera pas.png

***

 

 
 
 

05:35 Écrit par l'ACAJA dans CIRCULATION PARIS 17e | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | |

12/07/2014

Renouveau commercial du quartier des Epinettes Nord-Ouest à Paris 17e.

751233599.3.png

L'ACAJA

milite pour le renouveau commercial

du quartier des Epinettes Nord-Ouest

à Paris 17e

-avenue de CLICHY

 -rue de La Jonquière

 -boulevard Bessières

et rues avoisinantes

 

Nouvelles activités, nouveaux logements, nouveaux chalands... 

La réalisation du projet d'aménagement Clichy-Batignolles offre de réelles perspectives de développement commercial pour le secteur Nord-Ouest du quartier des Epinettes à Paris 17e.

A la condition, toutefois, que les actions de dynamisation de ce quartier, menées depuis 2003, soient renforcées.

C'est l'objectif de l'association des commerçants et artisans de l'ACAJA.

Le compte à rebours est en marche pour les commerçants de l'avenue de Clichy, du boulevard Bessières, de la rue La Jonquière et des rues avoisinantes.

En 2014-2015, le nouveau quartier de Paris "Clichy-Batignolles" sera construit, entraînant l'afflux de milliers de nouveaux chalands, habitants, employés, prestataires...en provenance de ce nouveau territoire limitrophe de l'avenue de Clichy.

Les commerçants doivent se préparer à accueillir cette nouvelle clientèle.

Depuis la mise en oeuvre du plan de dynamisation en 2003, les commerçants ont déjà fait des efforts importants pour entretenir et rénover leurs boutiques.

L'association ACAJA continue de militer pour le renouveau commercial de l'avenue  de Clichy, du boulevard Bessières, de la rue La Jonquière et des rues avoisinantes.

Ainsi l'ACACA a créé depuis plusieurs années des PRIX D'HONNEUR et D'EXCELLENCE pour encourager les commerçants de proximité qui réalisent de belles vitrines et un bon accueil commercial.

Depuis 2009, plus d'illuminations des rues pour les fêtes de fin d'année, mais un concours des plus belles décorations de vitrines, ainsi qu'une animation spectaculaire: la déambulation des "cornemuseurs" de Nesle sur l'avenue de Clichy et rue de La Jonquière... 

La réalisation du nouveau quartier "Clichy-Batignolles" devrait favoriser l'arrivée d'enseignes nationales sur l'avenue de Clichy, notamment dans les secteurs de la parfumerie et de l'habillement.

De même, la construction de la nouvelle cité judiciaire pourrait susciter l'implantation de commerces spécialisés dans le domaine juridique.

Le commerce idéal de proximité est celui qui répond aux attentes des habitants du secteur Epinettes Nord-Ouest.

Ce commerce idéal de proximité ne peut toutefois exister que dans des quartiers propres, sécurisés et bien desservis par les transports en commun".

Pour communiquer efficacement, l'association des commerçants et artisans ACAJA a créé son blog-vitrine pour faire connaître ses prises de position et ses actions.

***

**

*

03/04/2013

Le sentiment d'insécurité doit disparaître, l'attractivité commerciale est en marche grâce à de nombreux commerçants de proximité

ACAJA-CAPAC.jpg

PORTRAIT JCJ.jpg

L'ACAJA, avec des élus de terrain et d'autres partenaires mettront tout en oeuvre pour éradiquer le

 

sentiment d'insécurité

 

dans le secteur

 

La Jonquière-bas de l'avenue de Clichy-

 

boulevard Bessières et rues avoisinantes

 

Pour le mieux vivre ensemble

 

Le sentiment d'insécurité doit disparaître.

Ainsi que les entraves à la liberté du commerce.

Les commerçants et artisans de proximité ne sont pas responsables de tous les maux:

L'ACAJA envisage d'inviter des associations et des habitants pour rencontrer les commerçants de proximité.

Les commerçants de la rue de La Jonquière, du bas de l'avenue de Clichy et d'une partie du boulevard Bessières ne sont pas en retard pour mettre sur orbite l'attractivité commerciale du territoire, il suffit d'observer pour s'en convaincre.