Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/01/2022

BILLET DU PRESIDENT de l'ACAJA pour 2022

269789785_10228360363818774_5694139124834836064_n.jpgBonjour.

Je suis devenu président de l'ACAJA en mai 1999 car personne ne voulait plus s'occuper de l'association.

Pour quelles raisons ?

Déclin brutal des commerces de proximité rue de La Jonquière, et nombreuses vacances commerciales ne trouvant pas de preneurs à la location. 

Jusqu'à maintenant, notre organisation se résume en ce début de l'année 2022, avec les membres du bureau de l'association dont je salue ici le travail, merci à Prosper président d'honneur, aux vices présidents Eric (secteur La Jonquière), Rabah (secteur bas de l'avenue de Clichy), Karim (en charge de la sécurité) , Atik     ( en charge des épiciers dépanneurs) , et à Jacqueline ( en charge du secrétariat et de la trésorerie), ainsi que des référents sécurité.

Pour récupérer l'argent auprès des commerçants en 2000-2001-2002-2003 qui devait servir à financer les illuminations des fêtes de fin d'année, une galère.

Les associations de commerçants de Paris, rencontrent les mêmes problèmes, refus des chaînes de magasins et la mauvaise foi de certains commerçants. 

Personnellement, je me refuse à engager ma responsabilité pénale pour les illuminations. 

Nous avons abandonnées les illuminations pour les fêtes de fin d'année qui ont été remplacées par un concours des plus belles vitrines du secteur associatif de l'ACAJA.

Bref, ne serait-il pas envisageable d'imaginer un projet global, esthétique, artistique pour l'ensemble de Paris, coordonné et financé en totalité par la Mairie de Paris, comme cela se fait dans de nombreuses communes et villes de France.

Soyons quand même positifs comme nous devons l'être chaque jour pour nos clients.

Depuis 20 ans à l'ACAJA nous ne sommes pas restés les bras ballants:

 Nous avons obtenu principalement:

- l'élargissement des trottoirs dans une grande partie de la rue  La Jonquière.

- des places handicapés GIC-GIG à proximité des pharmacies

23 jardinières fleuries rue de La Jonquière dans le cadre d'un budget participatif porté par l'ACAJA

la rénovation du passage Petit-Cerf

-  l'abrogation d'un arrêté préfectoral interdisant aux épiciers dépanneurs de vendre des boissons alcoolisées de 22h30 à 7h.00. 

- de nombreuses places de livraison à proximité des commerces de proximité

- la restauration du pont de La Jonquière

Nous avons organisé depuis 1999 de nombreuses déambulations musicales, des vides greniers, des soirées SLAM, des diners COUSCOUS, des soirées JAZZ, le concours des vitrines décorées pour les fêtes de fin d'année, avec des remises de Trophées aux commerçants, ainsi que des Trophées décernés à des membres de différentes associations des Epinettes, et à des bénévoles du monde associatif, etc...

Nous avons créé le Club des Chibanis pour venir en aide aux anciens venus travailler en France lors des trentes glorieuses.

OUI depuis 1999 se sont des milliers d'heures de bénévolat pour les membres du bureau de l'ACAJA et de nos amis sympathisants.

Que l'on nous écoute ! Que l'on nous laisse travailler! Que l'on respecte nos commerces et ceux qui y travaillent!

Il est grand temps que chacun prenne ses responsabilités, en dehors de tout jeu politique, et de toute campagne: élection présidentielle 2022, élection législative 2022 .

La solution de facilité qui consiste pour chacun à renvoyer sans cesse la balle est tout sauf constructive, ce n'est plus admissible, que chacun ait le courage de prendre enfin ses responsabilité!

Le commerce de proximité peut se maintenir et se développer que dans un quartier des Epinettes propre, sécurisé, bien desservi par les transports en commun, et avec un plan de circulation ne favorisant pas les itinéraires malins et les fous du volant.

Constatons qu'il n'y a aucune rue piétonne Village La Jonquière.

Je vous présente à tous mes Meilleurs Voeux pour 2022, que cette nouvelle année civile ne ressemble pas à la précédente, réagissons dans l'union et faisons-nous entendre.

Jean-Claude JANAN

Facebook: ACAJA-SHOP Magazine-Quartier des Epinettes-Paris 17e

 

logo ACAJA.png

12/06/2021

LES VENDEURS A LA SAUVETTE

Les vendeurs à la sauvette qui pourrissent la vie des commerçants légalistes en fruits et légumes
ENFIN UNE BONNE NOUVELLE
MERCI AUX POLICIERS DU 18ème arrondissement de Paris et au Journal Le Parisien pour cet article.
L’ACAJA avait donc raison une fois de plus 
Faits divers
Paris : les vendeurs à la sauvette se fournissaient au noir chez un grossiste de Rungis
vendeur à sauvette.jpgEn mars, les policiers de la Brigade sauvettes et contrefaçon du XVIIIe ont démantelé un réseau de vente de fruits et légumes qui alimentait trois arrondissements. Le trafic brassait des dizaines de milliers d’euros par semaine.
Paris (75), le 07 juin 2021.
Des policiers de la brigade Sauvettes et contrefaçons du XVIIIe arrondissement interpellent un vendeur de fruits et légumes à la sauvette, près de la station de métro Marx-Dormoy. LP/Philippe de Poulpiquet
Paris (75), le 07 juin 2021. Des policiers de la brigade Sauvettes et contrefaçons du XVIIIe arrondissement interpellent un vendeur de fruits et légumes à la sauvette, près de la station de métro Marx-Dormoy. LP/Philippe de Poulpiquet
Par Caroline Piquet
Le 10 juin 2021 à 15h57
On les croise près des bouches de métro, ou directement dans les couloirs des correspondances : les vendeurs de fruits et de légumes à la sauvette. Un fléau pour les primeurs qui ont pignon sur rue, qui paient, eux, loyers, salaires, charges et taxes. Il y a quelques mois, un groupement de commerçants malmenés par la crise sanitaire a frappé à la porte de la préfecture de police de Paris, pour se plaindre de cette concurrence déloyale, à quelques mètres de leurs étals.
À lire aussi
«Nous devons taper très vite, très fort et tout le temps» : en immersion avec la brigade anti-sauvette de Paris
En mars, la brigade Sauvettes et contrefaçons (BSC) du commissariat du XVIIIe arrondissement, appuyée par le Service de l’accueil et de l’investigation de proximité (SAIP), a démantelé un réseau de vente à la sauvette de fruits et légumes. Et contrairement aux idées reçues, les vendeurs de rue n’étaient pas alimentés par des petites mains sous-payées pour récupérer les invendus... du marché de Rungis. « En y regardant de plus près, nous nous sommes aperçus que les produits étaient généralement en bon état. Cela a aiguisé notre curiosité. Donc nous avons déroulé la pelote de laine. Et sur ce dossier-là, elle est remontée jusqu’à… un grossiste de Rungis, qui vendait sa marchandise au noir », rembobine la commissaire centrale du XVIIIe arrondissement
Tous les commerçants de Rungis ne sont pas des voyous»
Les policiers de la BSC ont enquêté sur ce réseau comme on démantèle un réseau de trafic de stupéfiants. « Nous sommes partis du vendeur de rue près de la station de métro. Et petit à petit, nous avons remonté toute la chaîne, par des surveillances et des filatures classiques », précise Bruno, le chef de l’unité spécialisée dans la lutte contre la vente à la sauvette. Rapidement, les policiers observent des interactions entre plusieurs vendeurs de rue. Et constatent que leur marchandise est étrangement la même. « Les surveillances nous ont permis d’établir qu’il y avait des livraisons. Toujours le même livreur, à bord de la même camionnette », déroule le brigadier-chef.
Paris : les vendeurs à la sauvette se fournissaient au noir chez un grossiste de Rungis
En suivant la camionnette, les policiers sont embarqués jusqu’au marché international de Rungis. Et découvrent qu’en réalité, plusieurs camionnettes se fournissent au noir, chez le même grossiste. « Chaque fourgonnette approvisionnait une quarantaine de vendeurs de rue, situés dans les XIIIe, XVIIe et XVIIIe arrondissements de Paris. Le circuit était assez important. Le trafic générait des dizaines de milliers d’euros par semaine », détaille Bruno.
À lire aussi
Paris : le vendeur à la sauvette écoulait… des chiots
Une fois livrée, la marchandise était conduite vers un lieu de stockage intermédiaire, qui permettait d’approvisionner cinq à six points de vente. « Ces stocks alimentaient des points relais temporaires, dans des halls ou des cours d’immeuble, des caves et même des toilettes publiques. La marchandise étant acheminée à pied, en caddies, par des petites mains. » En mars, quatre personnes sont interpellées en flagrant délit sur un point de livraison. Plusieurs centaines de kilos de fruits et des livres de comptabilité sont saisis. « Tous les commerçants de Rungis ne sont pas des voyous », souligne Emmanuelle Oster. « Mais on peut assez aisément imaginer, quand on voit le nombre de revendeurs de rue entre Paris et la petite couronne, qu’il ne doit pas y avoir qu’une ramification et qu’une branche. »
 
Félicitations aux policiers : Gardiens de la Paix, Gradés, Officiers, Commissaires qui ont démantelé ces réseaux de vendeurs à la sauvette

ACAJA

 
 
 

02/08/2017

Voici venu le temps des vacances 2017.

Amis et sympathisants de l'ACAJA

janan.jpgVoici venu le temps des vacances, que ces vacances soient pour vous un temps de repos.

Après une année de travail, vos vacances sont bien méritées.

Repos, fainéantise, promenades sont les recettes des vacances réussies.

Grandes vacances d'été, petites vacances en famille, grands voyages ou petits séjours, que du plaisir...

Profitez bien de votre séjour et revenez-nous avec plein de souvenirs, d'images et de photos de vacances.

Partir en vacances à la mer, à la montagne ou vacances à la campagne...

A chacun ses goûts, à chacun ses choix, l'important c'est d'aimer.

Je vous envoie ce petit message pour vous souhaiter de bonnes et belles vacances aux pays de vos rêves.

S'évader, voyager à l'étranger, découvrir d'autres pays et peuples, goûter des plats exotiques, d'autres cultures…

Appréciez chaque instant de plaisir, mettez stress et soucis en congés, votre cœur est en vacances.

Voici venu le temps des vacances, que ces vacances soient pour vous un temps de recul et de bonheur.

Certains disent: "il y a du soleil et des nanas", d'autres préfèrent l'ombre et le silence.

A chacun ses vacances, à chacun ses plaisirs de vacances, que vos vacances soient un poème.

Votre retour de vacances sera pour moi un moment de bonheur, celui de vous retrouver...

Jean-Claude JANAN

Président de l'ACAJA

LOGO ACAJA 01032016.png

06:46 Écrit par l'ACAJA dans Billet du président | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | |