Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/09/2020

La sécurité secteur associatif ACAJA ---

 La sécurité est large et difficile

Rue de La Jonquière et rues adjacentes

et avenue de Clichy Paris 17ème

Afficher l’image source

La problématique de la sécurité est large et difficile.

Elle s'exprime souvent de manière polémique et excessive, à la mesure de ce qu'elle touche en nous, c'est-à-dire au respect du droit à la sécurité et au respect de l'intégrité physique et du patrimoine de chacun.

Le droit à la sécurité doit également prendre en compte le commerce de détail, car il est indispensable que celui-ci puisse continuer à jouer ses rôles économique, social et urbanistique...et particulièrement dans les quartiers les plus défavorisés.

La sécurité des commerces urbains se doit d'être prise concrètement et sérieusement en compte par les pouvoirs publics nationaux, régionaux et locaux.

Son exposition spécifique doit lui faire bénéficier d'un traitement spécifique.

Les agressions verbales, mais plus grave encore, physiques conduisent de plus en plus à des réactions individualistes, dangereuses et inappropriées d'auto défense.

D'autres solutions, visibles, concrètes et efficaces sont à mettre en place par les pouvoirs publics. Le besoin de solidarité prend ici tout son sens et la question de travailler en réseaux de commerçants est posée.

L'insécurité peut prendre plusieurs visages et concerner bien des problématiques différentes: insécurité des transactions, des transports, des commerçants mêmes et de leurs liens,...

Insécurité individuelle ou de quartiers. Certains types de commerces sont particulièrement exposés: libraires, pharmaciens, boulangers, restaurateurs, épiciers de nuit,...

Reste aussi l'insécurité générée par un environnement insatisfaisant. Ainsi, tags, propreté des lieux avoisinant les enseignes commerciales, accès et voiries en mauvais états, espaces voirie occupés illicitement,...sont autant de sujets de réflexion, car ils induisent immanquablement des actes et réactions d'insécurité.

Le sujet est vaste.

Les revendications des commerçants et de l'association ACAJA sont nombreuses...mais les idées aussi. L'objectif de l'ACAJA est de faire le point sur le sujet, de formuler des idées, de dessiner des pistes de solutions.

Les commerçants du territoire associatif de l'ACAJA insistent pour que les commerces restent en tout cas, des lieux ouverts, conviviaux et sécurisés.

Source: Intel. Sécu JC.J

Ou en sommes nous depuis des années ?

LOGO ACAJA 01032016.png

 

15/03/2015

ACAJA --- Prolongement du Tamway T 3

-

2014-08-13 026.JPG

AGIR LOCALEMENT

Suite à la récente réunion Transport qui s'est tenue

en Mairie du 17ème, l'ACAJA diffuse l'information parue

dans le magazine MAG JANVIER 2015* N°2

A lire par les commerçants et artisans

impactés par les travaux

PROLONGEMENT DU TRAMWAY T 3

Si l’arrivée du tramway constitue à terme un atout indéniable pour les commerçants et artisans du 17e et du 18 e arrondissement, la période des travaux qui la précède peut affecter leur activité. 

La ville de Paris et la RATP

en sont bien conscientes. 

Fortes de l’expérience acquise sur le chantier du tramway des Maréchaux Sud et Est par la Commission de Règlement Amiable (CRA), elles reconduisent ce dispositif d’accompagnement.

QU’EST-CE QUE LA

COMMISSION DE RÈGLEMENT AMIABLE ?

Son origine

La CRA a été créée en juillet 2004 à l’initiative de la ville de Paris et de la RATP, maîtres d’ouvrage du T3 Sud. Elles y ont associé les concessionnaires de travaux tels que la CPCU et Eau de Paris, les chambres consulaires, le Régime Social des Indépendants (RSI), l’Urssaf d’Île-de-France, le greffe du Tribunal de commerce et par la suite des bailleurs sociaux comme la RIVP et Paris Habitat. Le tramway des Maréchaux Est a aussi bénéficié du dispositif de la CRA(2009-2012).

Comme le caractère exceptionnel du chantier de prolongement du T3 nécessite une attention particulière à l’égard des commerçants et des artisans, la ville de Paris et la RATP ont souhaité reconduire un dispositif analogue.

Le secrétariat de la CRA est assuré par la Direction du Développement Économique, de l’Emploi et de l’Enseignement Supérieur (DDEEES) de la ville.

Son rôle

La CRA instruit les demandes d’indemnisation présentées par les professionnels qui sont implantés le long du tracé du tramway et à l’angle des rues adjacentes des boulevards Ney, Berthier et Bessières. 

Après étude des dossiers, elle transmet sa proposition d’indemnisation à la ville de Paris et à la RATP, ainsi qu’aux concessionnaires concernés.

Il ne s’agit pas d’une commission d’ « indemnisation » proprement dite mais de « règlement amiable ». Ce n’est pas elle qui décide in fine. Cependant, ses propositions ont toujours été suivies lors du chantierdu tramway T3 desMaréchaux Sud et Est.

Sa composition 

La CRA est présidée par Michel Courtin, qui occupait déjà cette fonction dans les deux précédentes commissions. Michel Courtin est également président honoraire du tribunal administratif de Paris.

Les membres de la CRA ayant voix délibérative sont :  le président ; les représentants du maire de Paris et du président de la RATP ; un représentant de la Chambre de commerce et d’industrie départementale de Paris ; un représentant de la Chambre de métiers et de l’artisanat de Paris; un représentant du maire de l’arrondissement d’implantation de l’établissement ou du commerce du demandeur ; le représentant du ou des concessionnaires de réseaux concernés par la demande*.

Les membres de la CRA ayant voix consultative sont :  un représentant de l’Urssaf d’Île-de-France ; un représentant du Régime Social des Indépendants ; un représentant du greffe du tribunal de commerce de Paris ; deux représentants des services de la ville de Paris (Direction de la voirie et des représentants/Mission tramway et Direction de l’urbanisme/Sous-direction du permis de construire et du paysage de la rue) ; un représentants des services de la RATP ; le ou les représentants des concessionnaires de réseaux autres que ceux visés ci-dessus*.

L'ACAJA engage vivement les commerçants et artisans à présenter leur dossier CRA, avec des photos qui prouveront le bien fondé de leur demande.

***

 

ACAJA Quartier des Epinettes.jpg

 

21/02/2015

La Végétalisation

 2f3d5ba0e96a28ac32c625e2b450c690.jpg

Paris 17ème arrondissement

quartier des Epinettes

***

L'embellissement

 rue de La Jonquière  

passage Petit Cerf

s'impose

Espérons que les prochaines phases

de requalification

rue de La Jonquière

 passage Petit Cerf

intégreront

une végétalisation ambitieuse

avec des jardinières

2482167553.jpg

jardiniere-beton-espace-public-66251-7280671.jpg

3626302112.jpg

L'état actuel du passage Petit Cerf 

3428839938 (2).jpg

et pourquoi pas deux à trois emplacements

*stationnement en Lincoln*

passage Petit Cerf 

220px-Paris,_averse_03.jpg

 Rue de La Jonquière

1931653676.jpg

Absence totale de végétalisation des trottoirs

2614544279 (1).jpg

Lu sur Internet

Plus de 200 lieux seront végétalisés en 2015 à Paris

Suite à un appel à propositions, lancé en juillet dernier, auprès des habitants et associations, la mairie de Paris révèle que 209 sites dont 53 murs seront végétalisés dans la capitale.

L’objectif : mettre en œuvre l'un des objectifs de la mandature :

verdir la capitale.

***

Le souhait, de la végétalisation de la rue de La Jonquière

et du passage Petit Cerf,

porté par l'association des commerçants de l'ACAJA,

sera communiqué aux Conseillers de Paris

ayant délégation respectivement pour les CCQ :

La Fourche-Guy Môquet

et

Epinettes-Bessières

***