Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/10/2013

Aimons la rue de La Jonquière -Quartier des Epinettes à Paris 17e

-logo ACAJA.png

Source: déCLIC 17/18

Rue de La Jonquière.

Une dynamique en marche.

Rue de La Jonquière

Depuis quelques temps, un air de renouveau et de modernité souffle sur l’artère principale des Epinettes. Il est aujourd’hui agréable d’arpenter ses trottoirs à la découverte de ses commerces de qualité, ou de boire un verre dans les nombreux bars et bistrots qui la jalonnent.

Souvenez-vous. La rue de la Jonquière, axe incontournable du quartier des Epinettes, voyait son attractivité commerciale décliner. Les commerces fermaient tour à tour, transformant cette artère en une triste voie de circulation. Heureusement l’ACAJA (l’Association des Commerçants et Artisans de la rue de la Jonquière et des rues Adjacentes) a mobilisé les énergies pour qu’enfin, en 2006, aboutisse la transformation du périmètre boulevard Bessières, avenue de Saint-Ouen, rue Guy Moquet, avenue de Clichy en Quartier Vert. La rue de la Jonquière va bénéficier d’une grande partie du budget alloué par la Ville. La circulation limitée à 30 km/h pacifiera les rues du quartier ; certains trottoirs seront agrandis ou élargis, le pont ferroviaire de la Jonquière, repeint et illuminé. Bien des changements … Restait à améliorer l’attractivité de la rue, pourtant pleine d’atouts : la Cité des Fleurs, le Centre d’Animation de la Jonquière, la piscine Bernard Lafay, la réputée boulangerie-pâtisserie Vaudron. Une opération d’aménagement été lancée par la Ville en 2007 et confiée à la SEMAEST. L’objectif de Vital ‘Quartier vise à redynamiser l’appareil commercial et à lutter contre la mono activité, en sauvegardant ou en réintroduisant des commerces et services de proximité. Les grands projets des quartiers environnants (ZAC Batignolles, TGI, requalification de l’avenue de Clichy) sont également annonciateurs de transformations durables qui vont relancer l’activité et l’animation du quartier des Epinettes. la reprise du café-restaurant Irène et Bernard, vite devenu le QG d’une clientèle jeune qui avait déserté le quartier est l’expression même de ce nouveau souffle. Le Bar de la Piscine, le Père Pouchet, redeviennent des lieux fréquentés par les habitants du quartier. Le petit café Le Fer à Cheval organise des concerts live. Cette dynamique attirera des commerces de qualité. La librairie l’Usage du Monde s’installe en 2011 et devient très rapidement un lieu incontournable du quartier. L’ouverture du restaurant Le Cri du Radis offre enfin un lieu où gastronomie et look donnent une image plus « branchée » à la rue de la Jonquière. Un caviste, une créatrice de mode, une agence immobilière et d’autres commerces s’installent peu à peu. Encore plus récemment, une jolie boutique informatique vient d’ouvrir, (réparations, gadget et accessoires, idées cadeaux…). Du coup, les autres commerces sont poussés à embellir leurs devantures. La Traverse qui parcourt une partie de la rue offre également de la visibilité aux commerces. Malheureusement tout n’est pas parfait… Les commerces de bouche et de proximité manquent cruellement. On voudrait encore plus de commerces de qualité. Des problèmes de délinquance pourrissent la vie des résidents proches de la piscine, le pont est à nouveau taggué. Le tronçon de la rue descendant vers le boulevard Bessières n’offre aucun charme. Gageons que l’arrivée programmée en 2016 du tramway améliorera son attractivité. La requalification de la rue lui a donné une nouvelle jeunesse, l’a rendue visible et attractive. Nous avons maintenant besoin de jeunes créateurs et de commerçants ambitieux pour que continue ce renouveau qui changera durablement le visage du quartier des Epinettes.

 

Depuis quelques temps, un air de renouveau et de modernité souffle sur l’artère principale des Epinettes.

25/08/2013

ACAJA-CAPAC

PORTRAIT JCJ.jpg Le billet du président

Une association de commerçants artisans est-elle une organisation politique?

La tradition veut que l'Association des Commerçants et des Artisans de la rue de La Jonquière et des rues Adjacentes - ACAJA, comme par ailleurs celle de l'Association des Commerçants de l'Avenue de Clichy - CAPAC, soient apolitiques.

Elles ne sont effectivement pas affiliées ou inféodées à un parti ou à une organisation précise et ne suivent pas une ligne partisane.

Nos relais se trouvent dans différents partis et nos actions nécessitent un dialogue constant avec la Ville de Paris et la Mairie du 17ème arrondissement de Paris.

Mon rôle de président de l'ACAJA et de la CAPAC exprime une passion pour soutenir les commerçants et artisans de proximité du Nord Ouest du quartier des Epinettes à Paris 17ème.

Cette passion qui m'entraîne à apprendre et comprendre le fonctionnement des institutions m'emmène à poser des actes politiques en faisant pression sur les fonctionnaires et nos élus.

Elle m'oblige à définir ma vision du commerce et de l'artisanat de proximité dans le secteur associatif du groupe ACAJA-CAPAC.

Je crois en l'avenir du commerce "dit traditionnel" - et cela au contraire d'une partie de nos élus - et pour cette raison je défends les commerçants et artisans de proximité qui, fiers des produits de qualité qu'ils réalisent ou vendent, s'impliquent également dans la vie de leur quartier des Epinettes car ils savent que la rue est leur première vitrine, que la propreté et la sécurité sont les bases nécessaires à leur activité.

Cette défense de la qualité, du produit "propre" et "durable" est l'avenir de notre quartier des Epinettes.

Les caractéristiques des Epinettes est la diversité, le "Melting Pot" des cultures que nos commerces se doivent de refléter, non en inondant nos magasins de produits "outlet" et bon marché - il est vain de vouloir concurrencer les grands groupes sur le terrain - mais en exposant des objets de qualité, chargés d'originalité, d'art et d'histoire, choisis ou réalisés pour nos clients qui peuvent y rêver en dégustant une spécialité culinaire exceptionnelle ...

Là notre quartier des Epinettes sera imbattable!

Je suis d'autre part convaincu qu'une ville, dans laquelle des commerçants "traditionnels" vendent des produits "locaux", habitent et sont propriétaires, offre une qualité de vie tout à fait différente d'un ensemble de grandes surfaces vendant au meilleurs prix des produits fabriqués au plus loin et au moins cher.

Défendons donc la qualité et la diversité.

Bonne rentrée de vacances

 

30/07/2013

Le commerce de proximité une richesse pour le quartier des Epinettes à Paris 17e

-SIGLE ACAJA-CAPAC -2-.jpg

A l'ACAJA-CAPAC nous aimons les commerçants de proximité 

FLASH INFO

Source :

 

-