Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/12/2014

Travail le dimanche

 FLASH INFO

De nombreux commerçants de

l'avenue de Clichy

sont favorables au travail

le dimanche.

***

Des milliers de touristes logent

dans les hôtels voisins.

***

Jamais les élus

"Conseillers de Paris"

ont auditionné

les membres du bureau de

l'association des commerçants

ACAJA.

***

 

Lu sur Facebook

Travail le dimanche : Paris a droit à la modernité(Crédits : Reuters)Alexandre Vesperini  |  12/11/2014, 7:46  -  702  motsIl faut que tout l'ensemble de la capitale obtienne le statut de zone touristique, les commerçants pouvant ainsi ouvrir librement le dimanche. Conserver la règlementation actuelle traduirait une vision pusillanime de l'économie, et condamnerait la capitale à jouer en deuxième division. Par Alexandre Vesperini, conseiller de Paris et secrétaire national de l'UMP, membre de la mission d'information et d'évaluation sur le travail dominical et nocturne du Conseil de Paris. C'est en début d'année prochaine que le ministre de l'économie, Emmanuel Macron, soumettra au Parlement son projet de loi « pour l'activité », qui prévoit d'augmenter la possibilité pour les maires d'autoriser les ouvertures de commerces le dimanche. Alors qu'elle est déjà largement appliquée en Europe, cette mesure suscite pourtant en France remous et divergences. 

Principale victime de ces querelles idéologiques, Paris et ses acteurs économiques sont donc suspendus à la promulgation de cette future loi ainsi qu'au débat municipal sur le travail dominical, qui doit se tenir au Conseil de Paris en février prochain.

Créer une zone touristique sur tout le territoire de la capitale

Pendant qu'en France on se donne le temps de la réflexion, les tour-opérateurs excluent la capitale de leurs tournées européennes, le chômage enregistre à Paris une hausse inquiétante de plus de 5% en 2013 et l'attractivité y recule dans les différents classements mondiaux.
A Paris plus qu'ailleurs en France, Anne Hidalgo serait ainsi bien inspirée de simplifier et de libérer le dimanche, en prenant une décision qui lui revient entièrement, à la fois favorable à l'emploi, conforme au bon sens et digne de Paris : la création d'une zone touristique sur tout le territoire de la capitale, qui permettrait à chaque commerçant d'ouvrir le dimanche.

Une décision favorable à l'emploi

Premièrement, cette décision est favorable à l'emploi. Dans les métropoles où le travail dominical est encouragé, plusieurs milliers d'emplois ont été créés. Sans produire à lui seul un point de croissance, le shopping dominical sera un levier pour l'activité. La SNCF et les Galeries Lafayette affirment par exemple vouloir embaucher respectivement 2000 et 1000 personnes en cas d'ouverture. La France est certes le pays des 35 heures mais elle doit maintenant accepter l'idée que c'est l'augmentation du travail qui créé du travail, et non l'inverse.

Renforcer l'image et la vitalité de Paris

Deuxièmement, la zone touristique à l'échelle de Paris est une mesure de bon sens. Actuellement, l'ouverture dominicale est autorisée dans sept zones intra-muros, ce qui pose deux problèmes : d'une part, le découpage de ces zones exclut certains quartiers touristiques majeurs (Haussmann, Saint-Honoré...) ; d'autre part, les commerces situés en lisière de ces zones en sont écartés et subissent une perte de chance considérable. Paris devrait donc laisser les commerçants ouvrir quand bon leur semble : là où il y aura demande, il y aura ouverture ; là où il n'y aura pas de demande, on trouvera porte close. 
Troisièmement, cette nouvelle zone renforcerait l'image et la vitalité de Paris. Souhaitons-nous vivre sans touristes curieux, sans flâneurs, sans visiteurs, et repliés sur nos ordinateurs à faire des achats sur Internet, en délaissant ainsi les boutiques de nos quartiers (25% des achats sur Amazon s'effectuent le dimanche) ? Londres, Berlin, Madrid et même Rome ont choisi de libéraliser le commerce dominical. Ces villes ont-elles pour autant été déshumanisées ?

La règlementation actuelle condamne Paris à jouer en deuxième division

Donner à tous les quartiers de Paris l'occasion de vivre le dimanche enverrait au monde le signal d'une métropole qui vit avec son temps. Conserver une règlementation aussi absurde qu'inadaptée et une vision pusillanime de l'économie condamne la capitale à jouer en deuxième division. 
Enfin, la zone touristique intégrale n'entraînera aucune réécriture du code du travail ni de ses acquis mais donnera lieu à des négociations par entreprise, qui ont été jusqu'ici favorables aux employés.
Évidemment, nos repères changeront : il deviendra délicat d'exercer dans le commerce en refusant de travailler le week-end ; la messe du samedi soir complètera un peu plus celle du dimanche matin ; le temps pour les enfants et les loisirs sera davantage transféré respectivement au mercredi après-midi et aux soirs de semaine. Notre société changera mais pourra gagner d'autres formes de solidarité ; notre ville changera mais pourra garder son authenticité dès lors que les élus accompagnent cette révolution des rythmes, qui du reste les dépasse.
Que Paris incarne cette révolution et la France entière remerciera sa capitale. Alors, chiche, Madame la Maire ?

05/09/2014

ACAJA, secteur associatif, quartier des Epinettes Nord-Ouest - Paris17e

-751233599.3.png

SOURCE MAIRIE DE PARIS

 Olivia Polski, adjointe à la Maire de Paris, chargée du commerce, de l’artisanat et des professions libérales et indépendantes.

Prix d’encouragement d’artisanat alimentaire : 40.000 euros en jeu

crédits : Mairie de Paris - Emilie Chaix
[03/09/2014]

Vous êtes créateur ou repreneur d’une boulangerie, d’une charcuterie ou de tout autre commerce dans le secteur de l’artisanat alimentaire ? Vous êtes fier de votre commerce et souhaiteriez un coup de pouce pour effectuer quelques travaux ou investir dans un nouvel équipement ? Candidatez au prix d’encouragement d’artisanat alimentaire organisé par la Ville de Paris !

Pour sa 9eme édition, 5 prix de 8 000 euros sont en jeu. Ils récompenseront des créations ou reprises ayant été réalisées à Paris entre le 1er septembre 2013 et le 31 août 2014.

Les critères de sélection sont les suivants :

- le parcours professionnel du chef d’entreprise ;

- la qualité du projet ;

- les perspectives de développement sur trois ans ;

- l’inscription du projet dans une démarche de respect de l’environnement et de développement durable ;

- les actions visant l’intégration du commerce dans la vie du quartier.

Le jury composé de représentants de la profession, d’élus de la Chambre des métiers et de l’artisanat de Paris et de la Chambre de commerce et d’industrie Paris Ile de France sera présidé par Olivia Polski, adjointe à la Maire de Paris, chargée du commerce, de l’artisanat et des professions libérales et indépendantes.

Ce prix vise à soutenir les artisans dans leurs premières années d'activité. Le concours a également pour objectif de favoriser la dynamisation des quartiers et de soutenir les opérations de reprise et de transmission de commerces de bouche sur le territoire parisien.

 

.Les candidatures sont ouvertes jusqu’au 3 octobre (17h)

Candidatez en ligne

Télécharger Le règlement du Prix au format PDF (38,9 Ko) [Nouvelle fenêtre]

12/07/2014

Renouveau commercial du quartier des Epinettes Nord-Ouest à Paris 17e.

751233599.3.png

L'ACAJA

milite pour le renouveau commercial

du quartier des Epinettes Nord-Ouest

à Paris 17e

-avenue de CLICHY

 -rue de La Jonquière

 -boulevard Bessières

et rues avoisinantes

 

Nouvelles activités, nouveaux logements, nouveaux chalands... 

La réalisation du projet d'aménagement Clichy-Batignolles offre de réelles perspectives de développement commercial pour le secteur Nord-Ouest du quartier des Epinettes à Paris 17e.

A la condition, toutefois, que les actions de dynamisation de ce quartier, menées depuis 2003, soient renforcées.

C'est l'objectif de l'association des commerçants et artisans de l'ACAJA.

Le compte à rebours est en marche pour les commerçants de l'avenue de Clichy, du boulevard Bessières, de la rue La Jonquière et des rues avoisinantes.

En 2014-2015, le nouveau quartier de Paris "Clichy-Batignolles" sera construit, entraînant l'afflux de milliers de nouveaux chalands, habitants, employés, prestataires...en provenance de ce nouveau territoire limitrophe de l'avenue de Clichy.

Les commerçants doivent se préparer à accueillir cette nouvelle clientèle.

Depuis la mise en oeuvre du plan de dynamisation en 2003, les commerçants ont déjà fait des efforts importants pour entretenir et rénover leurs boutiques.

L'association ACAJA continue de militer pour le renouveau commercial de l'avenue  de Clichy, du boulevard Bessières, de la rue La Jonquière et des rues avoisinantes.

Ainsi l'ACACA a créé depuis plusieurs années des PRIX D'HONNEUR et D'EXCELLENCE pour encourager les commerçants de proximité qui réalisent de belles vitrines et un bon accueil commercial.

Depuis 2009, plus d'illuminations des rues pour les fêtes de fin d'année, mais un concours des plus belles décorations de vitrines, ainsi qu'une animation spectaculaire: la déambulation des "cornemuseurs" de Nesle sur l'avenue de Clichy et rue de La Jonquière... 

La réalisation du nouveau quartier "Clichy-Batignolles" devrait favoriser l'arrivée d'enseignes nationales sur l'avenue de Clichy, notamment dans les secteurs de la parfumerie et de l'habillement.

De même, la construction de la nouvelle cité judiciaire pourrait susciter l'implantation de commerces spécialisés dans le domaine juridique.

Le commerce idéal de proximité est celui qui répond aux attentes des habitants du secteur Epinettes Nord-Ouest.

Ce commerce idéal de proximité ne peut toutefois exister que dans des quartiers propres, sécurisés et bien desservis par les transports en commun".

Pour communiquer efficacement, l'association des commerçants et artisans ACAJA a créé son blog-vitrine pour faire connaître ses prises de position et ses actions.

***

**

*