Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/11/2014

ACAJA, secteur associatif, quartier des Epinettes Nord-Ouest - Paris17e

A la demande de commerçants  amis de l'ACAJA

Source : Blog d'Annick LEPETIT, Députée de Paris

19 déc 2014

Education prioritaire, visite de terrain, conseil d’arrondissement, conseil de Paris, rencontre avec les associations : Novembre et Décembre auprès de mes concitoyens !

maison bleue
De nombreux événements ont ponctué ce mois de novembre et de décembre 2014 avec des enjeux locaux très importants au Conseil de Paris, les différentes rencontres et déplacements dans ma circonscription où je privilégie le contact avec mes concitoyens.  L’activité parlementaire à l’Assemblée nationale fut quant à elle très chargée avec le vote du budget, la réforme territoriale, celle du droit d’asile ou encore le débat sur la reconnaissance de l’Etat Palestinien. Par ailleurs, je suis également intervenue dans l’hémicycle à l’occasion des 40 ans de la loi Veil autorisant l’IVG.

Voici quelques illustrations du travail mené durant ces deux mois :

AVEC LES HABITANTS

Tout d’abord,  je suis allée à la rencontre des habitants du quartier de la Porte Pouchet. Interpellée par une amicale des locataires au sujet d’une série de cambriolages au sein de leur résidence ainsi que sur le manque de suivi des travaux. Le commissaire de police et le bailleur ont été saisis.

Lors de cette visite, j’ai aussi rencontré l’association « Rythme Tout Terrain Productions » qui a pour objet de faire découvrir des activités culturelles en développant les capacités des jeunes adolescents à travers la musique, la danse et maintenant la photo. Cette association dynamique et administrée par des jeunes offre un réel accès à la création artistique pour des enfants de familles modestes qui n’ont pas accès à ce type d’activités.

A ce sujet, j’ai participé quelques jours plus tard à la réunion publique du conseil de quartier Epinettes-Bessières qui avait pour thème principal les questions de sécurité en présence du nouveau commissaire du 17ème, M. Sébastien Durand, qui a pris le temps d’écouter et de recueillir les doléances des habitants. Je souhaite que la refonte du Contrat Local de Sécurité soit basée sur un dialogue renforcé avec les habitants plutôt que de la politique du chiffre qui est contraire d’un travail approfondi.

J’ai ensuite effectué une visite de chantier « surprise », à la demande de plusieurs habitants de la rue Emile Borrel actuellement en cours de réhabilitation. Grâce à l’écoute et la patience de leur gardien, les locataires de Paris-Habitat prennent une fois encore leur mal en patience.

Députée de Paris, je suis également présidente de la société Paris Batignolles Aménagement. A ce titre, et suite aux nombreuses plaintes des habitants de la rue André Suares, j’ai organisé une réunion avec eux et tous les maîtres d’ouvrage pour aborder la question des nuisances sonores nocturnes. La Préfecture de Police et la Mairie du 17ème ont autorisé des travaux de nuit sur une durée de 6 mois consécutifs. Ceci est intolérable pour les riverains, je partage leur indignation car ils se retrouvent totalement impuissants face aux nombreux sous-traitant des entreprises. Nous avons acté l’installation de balises sonores pour mesurer le bruit ainsi que la mise en place d’un processus de coordination et d’information coordonné par Paris Batignolles Aménagement qui doit porter sur ses épaules les défaillances des autres.

Par ailleurs, comme chaque année, j’étais présente à la traditionnelle distribution de chocolats de Noël dans les foyers-résidences Georgette Agutte et Leibnitz de ma circonscription dans le 18ème. Un rendez-vous d’échanges conviviaux avec les personnes âgées souvent très seules. Des enfants de l’école Vauvenargues viennent effectuer des ateliers d’initiation à la fabrication de mosaïques dans le cadre de la réforme des rythmes éducatifs au sein de ces résidences, renforçant ainsi les liens intergénérationnels.

Enfin, je suis allé à la fête de la crèche Bernard Dimey où j’ai rencontré l’équipe dirigeante que je connais bien. Un événement où parents, enfants, enseignants se retrouvent avant les vacances dans une atmosphère détendue.

AVEC LES PARENTS D’ELEVES ET LE CORPS ENSEIGNANT DE MA CIRCONSCRIPTION

Après avoir siégé pour la première fois aux conseils d’administrations du collège Boris Vian, qui entre enfin en Education Prioritaire, et du collège Mallarmé, j’ai été interpellé par de nombreux parents d’élèves, enseignants et directeurs d’établissements au sujet de la réforme de l’Education Prioritaire.

Des erreurs d’appréciation des services du rectorat ont été finalement rectifiées pour les écoles de ma circonscription. Il aura fallu beaucoup d’énergie et plus de 3 semaines de combats pour arriver à ce résultat. Je tiens à saluer la responsabilité et la mobilisation des chefs d’établissements et des parents d’élèves comme je l’ai écrit dans mon communiqué.

Dans le 18ème, nous avons réussi à garder les écoles Vauvenargues et Belliard en Education Prioritaire.

Dans le 17ème, pas moins de sept nouvelles écoles entrent en Education Prioritaire et pour beaucoup d’entre elles, ce n’est qu’un juste rattrapage ; c’est le cas par exemples des écoles Epinettes ou Jacques Kellner.

Après moult discussions les écoles Pouchet et Cité des Fleurs demeurent en Education Prioritaire alors que Capitaine Lagache va bénéficier d’une convention académique. Je continue à me mobiliser pour que la maternelle Saint-Ange puisse recevoir les mêmes moyens.

C’est la première réforme nationale d’envergure pour les zones d’éducation prioritaire, elle sera appliquée dès la rentrée 2015. Je soutiens le courage et la volonté de la ministre de l’Education nationale qui a obtenu un supplément de 350 millions d’euros pour plus d’égalité.

Pour finir, lors du dernier Conseil de Paris, tout en soulignant les améliorations de la réforme, j’ai demandé à ce que les outils du rectorat soient plus cohérents et transparents pour mieux travailler en amont et en concertation.

AVEC LES ASSOCIATIONS

J’ai tout d’abord rencontré à ma permanence parlementaire l’association « La Maizon », une association du 17ème créée il y a 10 ans maintenant et qui compte près de 300 adhérents et 60 bénévoles et animateurs qui assurent la gestion d’un appartement qu’ils louent. Elle crée du lien social en proposant à ses adhérents un lieu chaleureux d’accueil et de discussions qui permet de favoriser différentes rencontre entre voisins (ateliers, soirées, entraide).  L’objectif est également de permettre un échange de compétences et de services entre les membres avec l’animation de différents ateliers (cuisine, théâtre, recherche d’emploi, chant, cinéma etc.).

Située à la Porte Montmartre (18ème), le nouveau centre social « la Maison bleue » nous accueille aujourd’hui dans un lieu spacieux et convivial*.

Avec l’appui du Département de Paris et de la Caisse Nationale d’Allocations Familiales (CNAF), l’accompagnement de l’équipe de développement local et de la fédération des centres sociaux et socioculturels parisiens, ce projet longuement mûri c’est construit avec et pour les habitants du quartier.

Conçu par un collectif d’habitants regroupé en association depuis 2009, la Maison bleue propose des offres très diversifiées, qui vont de l’accompagnement scolaire à des activités liés à la parentalité ou des entretiens individuels pour favoriser l’accès aux droits et à l’emploi à des activités de loisirs de qualité.

J’ai rencontré une équipe dynamique, accessible, généreuse dont la mission est de répondre aux habitants et de renforcer le lien social en ouvrant des espaces d’échanges (débats thématiques) et d’animation.

Récemment, je me suis rendue avec grand plaisir au repas de Noël de l’association Ecoute habitat 17, une amicale des locataires situées au niveau du boulevard Bessières, dans un quartier populaire de ma circonscription. Cette association fait un travail très important depuis de nombreuses années pour créer du lien social entre les habitants des immeubles alentours et notamment des liens intergénérationnels. Elle propose également du soutien scolaire pour les enfants du quartier, une initiation à l’informatique pour tous les âges ainsi que des loisirs pour les personnes âgées.

EN CONSEIL D’ARRONDISSEMENT ET EN CONSEIL DE PARIS

En novembre

Lors du conseil d’arrondissement de novembre les élus socialistes n’avaient pas présenté de vœux mais je suis, néanmoins, intervenue à plusieurs reprises pour critiquer les vœux de la majorité municipale. En effet, la Maire du 17ème a proposé par exemple un vœu relatif à l’amélioration de la sécurité routière de l’avenue de St-Ouen. Nous avons voté contre ce vœu puisqu’il s’adressait directement à la Mairie de Paris bien que nous partagions les préoccupations de sécurité. En revanche, nous avons proposé que la Mairie du 17ème se rapproche de la Mairie du 18ème pour un cofinancement pris en charge par leur « état spécial de l’arrondissement » respectif afin de refaire notamment les traversées piétonnes. L’histoire ne s’est d’ailleurs pas arrêtée là puisque les élus UMP du 18ème arrondissement, qui avaient auparavant trouvé quant à eux un consensus avec le Mairie du 18ème sur ce sujet, ont redéposé lors du Conseil de Paris leur vœu initial non amendé, similaire à celui de la Mairie du 17ème, un procédé politique peu honorable.

En ce qui concerne les retards annoncés par la RATP du calendrier de mise en service de la ligne 14, nous avons également refusé un vœu « pétition » sur ce sujet car la démagogie n’a jamais fait rattraper les retards. Nous avons rappelé que nous avions demandé auprès du Président de la RATP des compensations pour les habitants et les usagers de la ligne 13. De plus, j’ai dénoncé lors du Conseil de Paris l’attitude irresponsable de la RATP et du STIF qui se sont renvoyés mutuellement « la patate chaude ». Un vœu équilibré, exigeant et réaliste a été voté lors du Conseil de Paris de novembre.

Ensuite, dans le cadre du projet d’extension du Tramway T3, je suis intervenue au Conseil de Paris pour défendre la commande artistique de la Mairie de Paris alors que la Mairie du 17ème s’était abstenue lors du conseil d’arrondissement, prétextant des coûts trop élevés.  Au nom de quoi refuserait-on aux habitants de la porte de la Chapelle à la Porte d’Asnières de bénéficier d’œuvres artistiques ?

D’autre part, j’ai également pris la parole pour soutenir le vœu de la Mairie de Paris proposant qu’un jardin partagé situé dans la dernière parcelle du parc Martin Luther King puisse devenir un jardin destiné à l’agriculture urbaine.

En décembre

Le conseil d’arrondissement du 1er décembre 2014 fut un conseil houleux. Les élus de la majorité UMP étaient visiblement plus actifs sur Twitter que sur l’ordre du jour et le fond des sujets abordés.

De nombreuses délibérations concernant le logement et démontrant la politique volontaire de la Mairie de Paris ont été votées. Je note que les discussions ont permis que pour la première fois, l’UMP a accepté de voter en faveur de nouveaux logements sociaux. De la même manière, la commission d’attribution des logements présidée par la Mairie du 17ème et dans laquelle je siège, examine des dossiers de candidatures, qui sont dorénavant anonymes, un progrès !

A ce sujet, j’ai pu m’entretenir avec la responsable de la Direction du logement et de l’Habitat de la Mairie de Paris pour aborder le nouveau système d’attribution des logements sociaux. Pour que le mode d’attribution de ses logements sociaux soit plus transparent et plus lisible pour les demandeurs, la Mairie met en place la cotation. Chaque demandeur de logement va désormais se voir attribuer un nombre de points, en fonction de sa situation.

Les demandes seront hiérarchisées à partir de 25 critères totalement objectifs, consultables et explicités sur un site Internet dédié (lien).

Ils détermineront la sélection des dossiers soumis à la commission de désignation de la Mairie de Paris. Un comité de suivi regroupant élus et associations sera mis en place et la grille de cotation (ou de critères) pourra faire l’objet d’évolutions.

Cette réforme est en train d’être menée à titre expérimental dans 5 arrondissements et fera l’objet d’un bilan avant son étendu aux 20 arrondissements.

En ce qui concerne les modalités de tarification de certains services publics parisiens, la droite semble totalement imperméable à l’objectif de justice sociale et a parlé de « dépenses supplémentaires » pour les Parisien(ne)s. Nous avons rappelé que la dernière tranche des tarifs concerne des revenus à hauteur de 15000 euros par mois et qu’il s’agit d’une autre répartition et non d’une augmentation.

07:57 Écrit par l'ACAJA | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | |

Les commentaires sont fermés.