Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/10/2015

Rue de La Jonquière Paris XVII

-3847868893.jpg

29/10/2015 réunion sur la sécurité publique en Mairie du 17ème

185413_2333281336051_3325392_n.jpg

La tranquillité s'imposera

Quartier des Epinettes

Rue de La Jonquière

et rues avoisinantes

***

11221466_10207566848753893_352228024519584634_n.jpgBonjour à tous

Je comprends l'exaspération des habitants de la rue de La Jonquière et des rues avoisinantes concernant l'activité des dealers. 

Le 6* rue de La Jonquière, ce dossier est bien connu de l'ACAJA.

L'ACAJA, avec le groupe ACAJA Commerçants Vigilants, depuis des années, ne sont pas restés les bras croisés concernant la présence des dealers dans son secteur associatif .

Les commerçants de proximité sont eux aussi en première ligne pour faire face aux délinquants.

http://acaja.hautetfort.com/securite-insecurite-secteur-a...

http://acaja.hautetfort.com/securite-rue-de-la-jonquiere/

http://acaja.hautetfort.com/securite-insecurite/

A l'ACAJA, nous déplorons la présence de nombreux consommateurs de produits illicites dans le quartier des Epinettes.

A l'ACAJA, nous constatons avec une grande satisfaction que la Police Nationale Paris XVII réalise de nombreuses actions pour éradiquer les bandes de dealers et autres délinquants du secteur.

A l'ACAJA, nous reconnaissons le sens du devoir des fonctionnaires de police de Paris XVII sous le commandement du Commissaire divisionnaire Sébastien Durand.

Je serai présent à la réunion sur invitation de Geoffroy Boulard Conseiller de Paris et 1er Adjoint du Maire.

Cordialement.

J-C J

***

Courriel reçu d'un habitant

de la rue de La Jonquière Paris XVII

Bonsoir à tous

 Une réunion de quartier sur la tranquillité, rue de la Jonquière se tiendra dans

les locaux de la Mairie le  29 octobre prochain.

 Je constate depuis quelques jours (début octobre) une nette dégradation de la

situation en ce qui concerne le trafic et la consommation de stupéfiants :

 les individus concernés :

 - arrivent de plus en plus tôt, dés 14 heures pour les plus matinaux.

- passent des heures entières à rouler et à fumer des joints confectionnés en

pleine rue !


 - ne partent pas avant 2 heures du matin.

- s'interpellent bruyamment, vocifèrent, crient.

- ceux qui sont pourvus de scooter roulent à contre-sens

- vers 18 heures, ce ne sont pas moins une douzaine d'individus réunis.

- sont installés QUOTIDIENNEMENT :

- devant et dans le 6* rue de la Jonquière (ils ont le code d'entrée)
                      

- devant et dans le 59 rue de la Jonquière, en face du 62 (ils ont le code d'entrée)
                     

 - devant l'agence immobilière, à l'angle de la rue des Épinettes et de la rue de la

Jonquière - devant l’hôtel Cristal (64 rue de la Jonquière), assis sur les

scooters de la société We Order (certains d'entre eux travaillent pour cette

société en tant que livreurs)

- devant la grille (fermée) de la boutique Phone Plus

- devant la grille de la Fraternité des Épinettes
                      

 - devant et chez le traiteur asiatique (au 59 rue de la Jonquière)

- ils sont organisés et structurés. J'ai vu des téléphones circuler de main en main

et convoyés par de pré-adolescents

 

En ce qui me concerne, j'ai alerté de nombreuses fois (depuis le mois de mars) le

17 et écrit au commissariat de police du 17eme arrondissement à l'adresse suivante :

commissariat-17@interieur.gouv.fr

 Cette adresse permet de laisser une trace écrite de la situation que nous vivons

au quotidien.

 Je vous rappelle que
l'officier de Police présent lors de l'inspection des

différents immeubles de la copropriété le jeudi 22 octobre dernier préconise 3

 solutions pour limiter les intrusions:

 - l'abandon pur et simple des digicodes donc : que des clés Vigik et un

interphone

- un renforcement de la porte
- un FORMULAIRE DE REQUISITION PERMANENTE à remplir par le

syndic.

Je partage le point de vue de certains résidents : seules des rondes récurrentes

ainsi que des arrestations systématiques de la part des forces de Police

permettront à moyen terme de mettre fin à ce fléau qu'est le trafic et la 

consommation de drogue dans différents immeubles de la rue de la Jonquière, le

5* et le 6* notamment.

En absence de message fort adressé aux pouvoirs publics (la Mairie du 17, la Mairie de Paris, les Forces de l'Ordre) et en absence de réaction des résidents du 6* rue de la Jonquière, cette petite délinquance structurée et mobile continuera à nous rendre la vie impossible, voire à s'amplifier.

Je regrette d'être absent le jour de la réunion. J'aurais eu beaucoup de choses à

dire aux élus présents pour un dossier. Un cas de force majeur m'en empêche.

Par contre, j'ai d'ores et déjà pris rendez-vous avec deux officiers de police le

mercredi 4 novembre dans les locaux de la police nationale sur ce sujet qui me

tient à coeur.

En effet,

Je ne peux accepter l'idée que la rue de la Jonquière où nous habitons tous,

locataires et propriétaires devienne une implantation de la drogue.

Je ne me résigne à vivre avec des fenêtres fermées en permanence parce que dix

individus désœuvrés s'interpellent bruyamment d'un trottoir à un autre jusqu'à

deux ou trois heures du matin.

Je ne me résigne pas à devoir m'excuser auprès de ces mêmes individus lorsque

je veux accéder à mon immeuble (et que trois ou quatre accaparent la porte

d'entrée)

Je ne me résigne pas à me lever à minuit pour ouvrir en grand les fenêtres de la cage d'escalier lorsque mon appartement est irrespirable à cause de la fumée des joints que ces individus consomment à l'intérieur des parties communes.

Je ne me résigne tout simplement pas à voir l'immeuble du 6* rue de la Jonquière

où j'ai investi toutes mes économies partir à vau-l'eau à cause d'une vingtaine

d'individus qui en ont fait leur territoire et leur terrain de jeu.

Pour finir, l'intervention répétée des forces de police a permis de déloger ces

individus postés antérieurement (pendant des mois) à l'angle de la rue Berzélius

et de la rue de la Jonquière.

Il faut qu'il en soit de même au 6* rue de la Jonquière.

Cordialement,

11886132_422472557960850_5299992532071395033_o.png

on ne lâchera pas.png

23/09/2015

VOISINS VIGILANTS

1375257258.3.jpg.

Comment se protéger du vol à la tire ?



Les Smartphones, les tablettes, les sacs, les bijoux attisent fortement la convoitise des délinquants dissimulés dans la foule qui occupent les rues, les transports en commun (métros, tramway, bus…) et autres lieux publics. Chaque année, ces affaires sont l’objet de milliers de vols à la tire, un crime qui prend une forte ampleur. Les pickpockets ne sont pas des amateurs, beaucoup ont fait de leur activité une profession qui leur procure l’essentiel de leur revenu. Comment les éviter ?

Vol à la tire

Qu’est-ce que le vol à la tire ?

Le vol à la tire, ou pickpocket, est un vol qui consiste à subtiliser des objets gardés notamment dans une poche ou un sac à main, sans le moindre soupçon du propriétaire. Il peut s’agir d’argent en espèce, de bijoux ou d’un appareil comme un smartphone ou une tablette.

Les voleurs profitent très souvent de la confusion qui naît dans les foules et les lieux publics pour atteindre leur but. Ils peuvent distraire leur victime en détournant son attention grâce à une diversion comme une bousculade, souvent orchestrée par un complice.

Les endroits exposés

Certains cadres sont des lieux de prédilection pour ces voleurs. Il s’agit des sites fréquentés par la foule et facilement accessibles : marchés, transports en commun, estrades, quartiers populaires, etc. Ils attendent le moment où les mouvements de foule s’accentuent pour frapper. Dans la majorité des cas, ils opèrent entre 10 heures et 19h le soir, et pendant les nuits du week-end.

Comment se protéger ?

  • Soyez vigilant dans la foule ou les espaces publics, sans pour autant être paranoïaque. Redoublez d’attention en cas d’agitation soudaine autour de vous ou lorsqu’un inconnu vous aborde ou vous bouscule par accident
  • Laissez chez vous les objets et documents personnels dont vous n’avez pas besoin
  • Gardez les factures de vos bijoux
  • Evitez de mettre les objets de valeur dans les poches arrière ou sur le côté extérieur de votre pantalon. Préférez une poche intérieure ou la poche avant du pantalon
  • Préparez votre abonnement, carte de trajets ou argent, avant de prendre les transports publics
  • Mettez toujours à l’avant le sac à main ou sac à dos contre le corps, si possible la fermeture vers le côté intérieur
  • Si le lieu du vol est à proximité de votre quartier, connectez-vous sur la plateforme Voisins Vigilants et envoyez une alerte aux membres de votre communauté pour les informer

Si malgré tout, on réussit à dérober vos biens, agissez très vite en bloquant la carte Sim via votre opérateur GSM ou votre carte bancaire en avertissant votre banquier. N’oubliez pas de vous rendre dans le commissariat le plus proche pour porter plainte !

La semaine prochaine, nous vous indiquerons la procédure à suivre lors du vol de votre téléphone portable.

08/05/2015

L'association des commerçants et artisans ACAJA sera présente

.

Réunion publique

CCQ La Fourche-Guy Môquet

le jeudi 21 mai 2015 de 19h à 21h
 
à l’école élémentaire 42, rue Pouchet Paris 17e

« La Sécurité et les projets immobiliers du quartier »

 

11156226_372659036275536_5204137259685574816_n.jpg

COMMENT SE PROPAGE LE

SENTIMENT D'INSECURITE

DANS LE SECTEUR ?

 rue de La Jonquière

bas de l'avenue de Clichy

boulevard Bessières

rues avoisinantes

...

un taux de chômage important

. les entraves à la liberté du commerce

. la crise économique et financière

. la stigmatisation des habitants venus d'ailleurs

. la présence de quelques dealers locaux

. une dégradation de nombreux immeubles 

. les salissures des rues par quelques habitants

. des personnes agées vulnérables

. des cambriolages, vols à l'étalage, agressions

. des commerçants de proximité désignés injustement comme étant responsables des nuisances sonores en soirée

. une mixité sociale refusée par des  habitants du secteur

. des campagnes fréquentes sur l'insécurité pour faire plaisir aux électeurs

. les accidents de la circulation

. l'inconfort de la Ligne 13 du métro

. des travaux publics sans coordination avec les associations de commerçants et d'habitants des Epinettes

L'ACAJA, le groupe Commerçants Vigilants, l'association Déclic 17/18 et d'autres partenaires mettent tout en oeuvre pour éradiquer le

sentiment d'insécurité

dans le secteur

La Jonquière-bas de l'avenue de Clichy-

boulevard Bessières et rues avoisinantes

Pour le mieux vivre ensemble

le sentiment d'insécurité doit disparaître.

L'ACAJA

fait confiance à la Police Nationale et aux fonctionnaires de police du  Commissariat central du 17ème qui ont le sens du devoir

COMMERCANTS VIGILANTS 5.png

 

N'oublions pas que les commerçants sont en première ligne face aux délinquants,

et que 2 commerçantes ont été assassinées secteur associatif ACAJA