Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/03/2013

Les ROMS

Pour les élus et les citoyens du 17ème arrondissement de Paris qui s'intéressent aux ROMS


L'Union européenne et les Roms

Enfants roms © Union européenne/Reporters

Les Roms (Gens du voyage, Gitans, Manouches, Ashkalis, Sintis, etc.) font partie intégrante de la civilisation européenne depuis plus d'un millénaire. Totalisant une population estimée entre 10 et 12 millions d'individus en Europe (dont près de six millions au sein de l'UE), les Roms représentent aujourd'hui la plus importante minorité ethnique de notre continent. La plupart des Roms sont citoyens de l'UE.

La directive sur l'égalité raciale interdit toute discrimination fondée sur l'origine raciale ou ethnique. Tous les États membres ont transposé cette directive dans leur législation nationale. Pourtant, de nombreux Roms continuent d'être victimes de préjudices et d'une exclusion sociale profondément enracinée.

Qui sont les Roms?

Comme il est communément d'usage dans les discussions et documents politiques de l'UE, le terme «Roms» fait ici référence à divers groupes d'individus qui se décrivent eux-mêmes comme Roms, Gitans, Gens du voyage, Manouches, Ashkalis, Sintis, etc. L'utilisation de ce terme ne cherche en aucune manière à minimiser la grande diversité des nombreux groupes et différentes communautés roms, pas plus qu'il ne vise à véhiculer des stéréotypes.

En Europe, la population rom totalise entre 10 à 12 millions de membres, dont 6 millions au sein de l'UE. Nombre d'entre eux subissent des préjudices et sont quotidiennement exposés à l'intolérance, à la discrimination et à l'exclusion sociale. Marginalisés, ils vivent dans des conditions socio-économiques extrêmement défavorables.

Une responsabilité conjointe

Les institutions européennes et les États membres ont uneresponsabilité conjointe en termes d'amélioration de l'intégration et de l'inclusion sociales des Roms. À cette fin, ils sont tenus de faire usage de tous les instruments et de toutes les politiques relevant de leur compétence.

L'UE n'a de cesse de souligner la nécessité d'améliorer l'intégration des Roms, comme l'atteste sa communication d'avril 2010 intitulée «L'intégration sociale et économique des Roms en Europe ».

Cependant, force est de constater que des mesures solides et proportionnées n'ont toujours pas été mises en place pour résoudre les problèmes socio-économiques que connaît une grande partie de la population rom dans l'UE. Afin de passer à la vitesse supérieure et de faire en sorte que des politiques d'intégration nationales, régionales et locales soient clairement et spécifiquement centrées sur les Roms, la Commission a adopté, le 5 avril 2011, la communication «Cadre de l'UE pour les stratégies nationales d'intégration des Roms ».

En réponse à ce Cadre de l'UE, les Etats membres ont développé desstratégies nationales Choisir les traductions du lien précédent d'intégration des Roms. La Commission européenne a évalué ces stratégies et publié ses conclusions Choisir les traductions du lien précédentdans une communication «Stratégies nationales d'intégration des Roms: un premier pas dans la mise en œuvre du Cadre de l'UE » adoptée le 21 mai 2012.

 

L'ensemble des documents relatifs à la population rom Choisir les traductions du lien précédent est disponible ici.

Mon amie INNA !

10:31 Écrit par l'ACAJA | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | |

Les commentaires sont fermés.