Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/09/2009

SLAM de Khalis "Kamikaze" Music rap hip hop

SLAM de Khalis - Kamikaze

Une voix qui s'élève pour couvrir les vociférations de tous les intègristes.

Un magnifique slam à méditer.

Il faut diffuser ce clip pour que d'autres voix s'élèvent et couvrent les vociférations de tous les intégristes ( toutes religions confondues!).

Slam de Khalis 

CLIQUEZ SUR Kamikaze une chanson pour la paix 

Kamikaze une chanson pour la paix ... ensuite cliquer sur le SLAM de Lester Bilal

.

Pour toutes les femmes battues

Un SLAM à entendre

.

www.e-vox.fr/.../lester-bidal-pour-toutes-les-femmes-batt...

ensuite cliquer à droite sur l'écran Lester Bidal

 

En 2007 Khalis rencontre le claviériste de Barbara Jean-Louis Hennequin qui est emballé par son texte Kamikaze. « Inconsciemment on attendait un texte comme Kamikaze, ce fut pour moi la première chanson faite par un musulman qui avait une telle force à combattre le massacre d’innocents, à la première écoute du texte j’en ai pleuré ». Leur collaboration fait naître un nouveau genre musical, une musique populaire avec des accents de Cinéma sur le phrasé émouvant des textes de Khalis. Hennequin fait collaborer ses amis « Avec Sergio Tomassi a l’accordéon qui a fait toutes les grandes tournées de Serge Lama et qui travaille actuellement avec Aznavour, l’univers de Khalis a pris une vraie dimension : Khalis est français dans son cœur, ses racines il les prend dans la chanson française. Les fils d’immigrés auraient les mêmes références culturelles que les autres, la même douceur de vivre, étonnant non (rires) ».
L’histoire de Khalis est celle de nombreux enfants de sa génération.
Il a grandi en Algérie sans son père qui était parti en France pour gagner mieux sa vie. A 7 ans il part pour la France. Ce départ, il l’a vécu comme un déchirement, et c’est sans doute sa curiosité naturelle, son envie de connaître cet “ailleurs” qui l’ont aidé à passer le cap.
En arrivant en France, Khalis ne parlait pas le français. Par chance, il a pu intégrer une école spécialisée dans l’apprentissage rapide. Au bout de un an et demi, il maîtrisait suffisamment la langue de Victor Hugo pour pouvoir réintégrer l’école primaire.
« Bien que toujours un peu rêveur, j’ai été jusqu’au bac et même fait une année de DEUG. Mais l’appel des copains a été le plus fort, et j’ai malheureusement laissé tombé mes études. »
Comme beaucoup de gosses des cités, il fait du rap avec un ami d’enfance. Pour eux, c’était aussi naturel que de jouer au foot. En parallèle, il passe son BAFA, car il faisait déjà du bénévolat dans des associations de quartier. Il a exercé à peu près tous les rôles possibles dans le domaine de l’animation, centre socioculturel, centre de loisirs, colonie, animateur de quartier… « J’ai eu de la chance de pouvoir être formé par des éducateurs spécialisés! ».
Trois titres sont visibles sur Dailymotion, son dernier, Maman, nous a particulièrement touché :
http://www.dailymotion.com/video/x4u8×2_khalis-maman-music_music

17:45 Écrit par l'ACAJA | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : slam, acaja, epinettes, lester bidal |  Facebook | |  Imprimer | |

10/09/2009

Les commerçants de l'avenue de Clichy

Les restaurateurs du bas de l'avenue de Clichy

souffrent toujours d'une baisse de la clientèle.

RESPECTER L'ECONOMIE LOCALE

EN INDEMNISANT LES COMMERCANTS

du bas de L'Avenue de Clichy

et des rues voisines

Les commerçants et artisans de l'avenue de Clichy Paris 17e mettent tout en oeuvre pour participer à la redynamisation économique de l'avenue.

La délocalisation des entreprises qui étaient implantées sur les terrains de la gare marchandises Cardinet, est terminée depuis quelques mois.

Les commerçants du bas de l'avenue de Clichy souffrent d'une baisse de clientèle qui se traduit par le déclin de leur Chiffre d'Affaires accompagné de licenciements.

Du carrefour Cardinet-Clichy à la porte de Clichy, de nombreux restaurateurs annoncent des baisses de leur Chiffre d'Affaires, allant de 20 à 30 %.

Les restaurateurs et d'autres commerçants de l'avenue de Clichy, sont victimes d'un préjudice économique, qui trouve sa source dans la délocalisation des entreprises qui exerçaient leur activité sur le territoire du futur quartier Clichy-Batignolles.

Le groupement associatif de commerçants, ACAJA-CAPAC a décidé de soutenir les commerçants qui rencontrent des difficultés financières en raison d'une baisse de clientèle.

Les troubles de jouissance, sont réels, ils se matérialisent par une perte de la fréquentation des commerces de proximité.


Le préjudice commercial existe.

Des centaines de clients travaillant dans les entreprises délocalisées, ont disparus de la zone de chalandise.

 Les dommages sont facilement identifiables.

La mise en oeuvre de la responsabilité est en cours.

Le groupement ACAJA-CAPAC envisage : 

  • recours contentieux

Pour le moment, un grand silence  ... !

Dernière semaine du mois de septembre 2009, une réunion sera proposée aux restaurateurs et autres commerçants du secteur concerné, elle se tiendra :

au Restaurant : Les 2 Coupoles  192 bis, avenue de Clichy Paris 17e

le jour et l'heure seront prochainement confirmés.

Le 26 septembre 2009

FLASH INFO

La réunion se tiendra le jeudi 8 octobre 2009

à partir de 16 h 30

Restaurant Les 2 Coupoles 192 bis avenue de Clichy Paris 17e

Une lettre d'information sera distribuée dans les 72 heures aux restaurateurs

du bas de l'avenue de Clichy et des rues voisines .

Le silence a été rompu par un Conseiller de Paris, deux Maires adjoints du 17e, la CCIP Délégation de Paris, deux journalistes d'investigation et un avocat.

...

Jean-Claude JANAN Président du groupement ACAJA-CAPAC, est allé à la rencontre des commerçants avec Jérôme DUBUS, Conseiller de Paris et Délégué du Maire pour le Conseil Consultatif de Quartier Epinettes-Bessières.

Au cours des visites avec le Conseiller de Paris, les commerçants ont confirmé qu'ils subissaient d'importantes baisses de leur CA en raison de la délocalisation des entreprises et qu'ils avaient d'énormes difficultés pour payer leurs factures, les loyers, les cotisations URSSAF et les différentes TAXES.

AV.CLICHY INDEM 001.jpg
Les entreprises ont disparues

 AV.CLICHY INDEM 004.jpg

 Les salariés ont suivi leur entreprise

AV.CLICHY INDEM 005.jpg 

Les termites sont parties avec les gravats non traités
AV.CLICHY INDEM 006.jpg
JACHERE ECONOMIQUE (pour le moment)
.
AV.CLICHY INDEM 002.jpgCe restaurateur comme beaucoup d'autres, enregistre des pertes de chiffre d'affaires allant de 20 à 30 %
AV.CLICHY INDEM 003.jpgAV.CLICHY INDEM 003.jpg
                                                 L'hôtelier a été indemnisé pour quitter les lieux !
.
Dans l'attente d'un dialogue avec les élus d'arrondissement,
et la CCIP Délégation de Paris
...
Veillons aux grains
...
Défendons le "Commerce idéal de proximité"
Militons et occupons le terrain
...
Solidarité active
Solidarité de proximité
Solidarité des commerçants
...
Nous connaissons...!
...
"Jouons collectif"
"Jouons le contact"
"Jouons le savoir faire"
...
Le 5 octobre 2009 cette note a été transmise à la SEMAVIP et aux élus siégeant au Conseil d'Administration
Jean-Claude JANAN et les membres des bureaux du groupement associatif ACAJA-CAPAC