Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/05/2012

Palais de Justice Porte de Clichy ... Paris 17e

 

.

 

02:54 Écrit par l'ACAJA | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | |

19/05/2012

Epiciers de nuit ... quartier des Epinettes - La Jonquière ... Paris 17e

 

 SIGLE ACAJA-CAPAC -2-.jpg

Lu sur Commerce de Paris n°44

Billet d'humeur

Les épiceries ouvertes la nuit menacées de disparition

L'arrêté n°2009-00180 du 17 mars 2009 interdisant la vente à emporter de boissons alcoolisées du 2ème et 5ème groupe de 22h30 à 7h dans certaines rues du 17e arrondissement est un coup dur pour les épiciers ouverts la nuit.

Ce texte marque le rejet d'une communauté de commerçants de proximité et la stigmatisation d'une profession ! Pourtant la liberté du commerce et d'industrie est un principe constitutionnel. Une fermeture administrative privera les épiciers de nuit d'un revenu essentiel pour leurs familles !

Afin de permettre leur survie, le groupe associatif ACAJA-CAPAC des commerçants du quartier des Epinettes avait proposé, fin 2009, la mise en oeuvre d'une charte de bonne conduite qui autoriserait la vente d'alcool jusqu'à minuit. Mais cette proposition n'a pas été retenue par les élus municipaux.

En juin 2010, nous avons créé un groupe de soutien aux épiciers de nuit du quartier des Epinettes. Son objectif : les aider à négocier avec les élus et le préfet de police et à être mieux informés de leurs droits et obligations. Par exemple, l'obligation de formation. Une mesure qui touche l'ensemble des commerces ouverts la nuit et vendant de l'alcool entre 22h et 8h.

Le club des "épiciers de nuit" du quartier des Epinettes mettra tout en oeuvre pour demander une modification de l'arrêté en vigueur.

Copie_de_DSC04757_2 -3-.JPGJean-Claude Janan (fournitures industrielles), président de l'association des commerçants et artisans de la rue de La Jonquière et adjacentes (ACAJA) et de l'avenue de Clichy (CAPAC)-17e.

---

http://acaja.hautetfort.com/epicier-commercants-de-nuit/

 

 

 

18/05/2012

La DATAR

Lire la France en 26 systèmes urbains de proximité

La DATAR vient de boucler une étude originale qui structure le territoire français autour de systèmes urbains. Cette nouvelle lecture de la structuration du territoire est fondée sur les flux de personnes et de biens entre les aires urbaines et non plus sur la géographie de l’urbanisation et la concentration des fonctions socio-économiques, comme c’est habituellement le cas. Pour ses auteurs, "cette étude renvoie à une perception nouvelle du territoire français et ouvre de nouvelles perspectives pour le développement et l’aménagement du territoire national prenant en compte l’une des caractéristiques majeures de ce début de 21ème siècle : l’accroissement de la mobilité des personnes et des biens."

Pour identifier ces systèmes urbains, sept types de liens ont été sélectionnés et pris en compte simultanément : les mobilités domicile-travail, les mobilités de loisirs à travers les résidences secondaires, les migrations résidentielles, les liens de la société de la connaissance via les partenariats scientifiques, ceux de l’économie à travers les liens entre sièges et établissements d’entreprises et la grande vitesse avec un indice mixte train-avion. Trois échelles d’interdépendances ont été retenues : les relations de proximité, les relations transversales inter-systèmes à l’échelle nationale et les connexions à Paris.

Arrêtons nous sur les 26 systèmes urbains de proximité, hors aire urbaine de Paris, qui ont été identifiés. Le plus petit système regroupe cinq aires urbaines (système d’Auxerre, avec 200 000 habitants), le plus grand 30 (système Lyon-Grenoble, avec 4 millions d’habitants). Cinq type de systèmes urbains de proximité  sont décrits ainsi par les auteurs de l’étude : "Avec un fonctionnement très monocentrique les systèmes urbains de Limoges, Reims et Clermont-Ferrand par exemple peuvent être figurés par l’image de l’étoile. Le deuxième ensemble, avec par exemple les systèmes de Marseille, Auxerre et Toulouse, est également très polarisé par la grande ville principale mais les autres villes du système échangent aussi significativement entre elles. Les systèmes de Brest, Pau-Bayonne, Annecy et Caen sont moyennement polarisés et développent des liens forts sur des axes privilégiés entre au moins deux aires urbaines du système. Le fonctionnement est plus polycentrique à Dijon-Besançon, Orléans-Tours, Lyon-Grenoble, et Nantes-Saint-Nazaire par exemple. Les cinq systèmes de Nice, Amiens, Le Mans-Alençon, Tours et Poitiers se distinguent par un degré de polarisation très faible signifiant une organisation polycentrique du système." Lorsque l’aire urbaine de Paris est prise en compte dans l’analyse, les auteurs de l'étude n'ont pas modifié les configurations des systèmes urbains de proxi­mité, sauf pour les cinq systèmes de Rouen, Caen, Orléans-Tours, Amiens et Le Mans-Alençon qui sont alors intégrés comme constitutifs du grand système parisien que l’étude de la DATAR estime à 70 aires urbaines totalisant près de 17 millions d’habitants.

Ce nouveau concept de systèmes urbains de proximité est assurément promis à un bel avenir. On se souvient que la DATAR avait déjà théorisé il y a quelques années les pôles métropolitains qui font aujourd’hui florès sous la forme de syndicats mixtes. On peut donc imaginer demain de nouvelles formes de coopération pour le développement local associant toutes les collectivités, ou leurs établissements de coopération intercommunale, membres d’un même système urbain.

...

http://www.territoires.gouv.fr/sites/default/files/travau...