Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/10/2012

Halte aux chantiers qui s'éternisent !

Info CCIP Délégation de Paris
 
Halte aux chantiers qui s'éternisent !
Bookmark and Share

Les commerçants parisiens aux devantures masquées par les barricades en ont assez ! Ils n’en peuvent plus de ces chantiers de voirie qui jouent les prolongations. Témoignage.
 

Travaux de rénovation du réseau de chauffage urbain, modernisation du réseau électrique, réfection des trottoirs… les chantiers de voirie sont légion dans la capitale, causant perte ou réduction d’accès, dangerosité, nuisances sonores, saleté, et par conséquent baisses de chiffres d’affaires, fermeture temporaire, voire même définitive. Si seulement ces chantiers duraient le temps le prévu au départ ! Tel est le vœu formulé par de nombreux responsables d’établissements commerciaux parisiens. Mais dans bien des cas ces chantiers s’éternisent, au grand dam notamment des commerçants de proximité et de leur clientèle.
 
Mathieu Guyon, président de l’association des commerçants Louvre Rivoli (1e) et gérant de la cave Nicolas au 149 rue de Rivoli, s’insurge, dans un témoignage écrit, contre ce phénomène qui défigure la capitale et nuit à son activité commerciale. Il propose également des solutions à l’intention des pouvoirs publics et des concessionnaires de travaux.
 
« Est-ce digne d’une capitale internationale ?
 
Et oui, encore un chantier de rue mal tenu, celui de ERDF et Ville de Paris, rue de Rivoli et qui s’éternise dans la saleté !
Nous, commerçants, sommes suffisamment intelligents pour accepter les travaux nécessaires à l’évolution moderne d’une ville. Mais nous n’acceptons pas n’importe quoi. Nous ne voulons plus de chantier à durée limitée qui s’éternise du fait d’une mauvaise coordination des travaux ; des chantiers sales et mal balisés provoquant des accidents et la fermeture de nos commerces. Nous demandons simplement du bon sens :
- une meilleure coordination par la présence réelle et investie d’un chef de chantier unique,
- l’embellissement des barrières de chantier par des artistes qui permettront de ne pas avoir la sensation d’être dans une ville en ruine, mais dans la ville lumière ».
 
Puisse Mathieu Guyon être écouté, afin que Paris, tout en continuant à se rénover, assure la continuité de sa vie commerciale.

09:36 Écrit par l'ACAJA | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | |

23/10/2012

Stationnement illicite sur le trottoir !!!

SIGLE ACAJA-CAPAC -2-.jpg

Stationnement illicite

avenue de Clichy

Paris 17e

...

Entrave à la circulation des piétons, des personnes à mobilité réduite et à l'accés d'un magasin de proximité

 

STATIONNEMENT ILLICITE 119.jpg

Le commerçant téléphone au commissariat central du 17e - milieu de matinée

2 heures après les ASP arrivent

verbalisation

pas d'enlévement

le contrevenant reprend son véhicule dans l'après midi

...

Le plan vigipirate ?

 

 

08:32 Écrit par l'ACAJA dans Sécurité routière | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook | |  Imprimer | |

22/10/2012

Bar à chicha

SHOP MAG3.jpg

Dijon : le gérant d'un bar à chicha condamné pour infraction à la loi antitabac

La cour d'appel de Dijon a confirmé la condamnation d'un gérant d'un bar à chicha pour infraction à la loi antitabac dans les lieux publics. Cette décision pourrait faire jurisprudence.

  • B.L. avec l'AFP
  • Publié le 19/10/2012 | 21:49
 

chicha.jpg

Le gérant d'un bar à chicha a été condamné pour infraction à la loi antitabac par la cour d'appel de Dijon
  •  
    Dans un arrêt du 12 octobre 2012, la cour d'appel de Dijon a confirmé la peine d'amende de 650 euros infligée par un juge de proximité au gérant d'un bar à chicha de Dijon, aujourd'hui fermé. Le gérant a été condamné pour "violation de l'interdiction de fumer dans un lieu couvert".

    "On va maintenant pouvoir dire aux bars à chicha : Il faut faire attention car vous risquez d'être condamnés", déclare Gérard Audureau, président de l'association Droits des Non Fumeurs, qui s'était portée partie civile. La cour lui a accordé 3.000 euros de dommages et intérêts. "Cette décision va nous permettre de faire appliquer correctement la loi et faire que ces établissements se mettent en conformité. Il n'y a aucune raison qu'ils aient un traitement différent des autres", ajoute Gérard Audureau.

    Depuis le 1er février 2007, il est interdit de fumer dans tous les lieux fermés et couverts accueillant du public ou qui constituent des lieux de travail. Des fumoirs peuvent être installés. Le gérant du bar à chicha (ou narguilé) avait fait valoir en première instance que ses clients fumaient dans le cadre privé d'une association ayant pour but de promouvoir la culture orientale. Cet argument a été rejeté par la justice.

    "Beaucoup de cafetiers se sont déguisés en loi 1901 pour contourner la loi. Grâce cette décision, ils ne peuvent plus se cacher derrière le statut associatif", se félicite Gérard Audureau.