Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/12/2009

Lettre ouverte : concernant les épiciers et les commerçants de nuit

La liberté du commerce et de l'industrie

est un principe constitutionnel

 

Paris, le 20 décembre 2009

Lettre ouverte du groupement associatif des

 commerçants, artisans et professionnels

 

ACAJA-CAPAC

 

du quartier des Epinettes Paris 17e

à l'attention de :

Madame le Maire du 17ème arrondissement de Paris

Monsieur le Premier Adjoint au Maire

Messieurs les Conseillers de Paris,

Délégués du Maire pour les CCQ

Conseils Consultatifs de Quartier

  • La Fourche Guy Môquet
  • Batignolles
  • Epinettes Bessières

Monsieur l'adjoint au Maire chargé du commerce

de l'artisanat de l'emploi et de l'attractivité commerciale

Monsieur l'adjoint au Maire chargé de la diversité

et de la requalification de l'avenue de Clichy

Le quartier des Epinettes souffre depuis des années d'une insécurité latente, c'est un fait indéniable.

Sot serait celui qui prétendrait le contraire.

Il faut que des mesures soient prises afin que les fléaux qui gangrènent le quartier soient éradiqués.

Je pense que sur ce point nous serons d'accord.

Mais, je crois aussi et j'en suis intimement convaincu, que des mesures globales, visant sans distinction toute une profession et la sanctionnant de plein fouet n'apporteront ni des solutions à nos problèmes, ni la protection des commerces de proximité et ni le confort des riverains.

Or, le quartier des Epinettes souffre déjà assez économiquement pour qu'on évite de sanctionner tous les commerçants indépendants d'un secteur, sans distinction et qui osent encore investir quartier des Epinettes.

Cela reviendrait à stigmatiser toute une profession sur la base de quelques individus n'ayant pas une pratique correcte , ou sur l'écoute de délateurs ne tolérant pas certains commerçants de proximité.

Nous ferions donc fi de tout ceux qui travaillent honnêtement, qui offrent un service de qualité et qui créent aucun souci, que ce soit en matière d'hygiène, de propreté, de respect ou d'insécurité.

Cela, je le confirme, est une mesure totalement imméritée.

De plus, croyez-vous que l'interdiction de vente d'alcool de 21 heures à 6 heures * signifiée aux épiciers de nuit résoudra les problèmes d'insécurité et de tapage nocturne que connait le quartier des Epinettes?

Je ne le pense pas.

Ce serait en déduire que les commerces de nuit sont la cause de l'insécurité et du tapage nocturne.

 

Dans ce cas, fermons bistrots, restaurants, cafés, brasseries et autres établissements de ce genre.

Plus sérieusement, il y a des mesures à prendre, j'en suis conscient et je le souhaite, tout comme les commerçants respectueux le veulent, afin que leurs commerces puissent bénéficier d'une enseigne sans reproche.

 

Car finalement, quel est le but de l'interdiction de vente d'alcool faite aux épiciers de nuit ?

La réduction du sentiment d'insécurité.

Or, je crois que le but poursuivi, s'il est louable, est en inadéquation avec les moyens que l'ont met en oeuvre pour l'atteindre.

Sachez que de nombreux commerçants seraient favorables à l'idée de Charte, élaborée par un groupe de travail, composé de citoyens, de citoyens élus, de citoyens représentants des commerçants de nuit et de jour.

Sans justice, il n'y a pas de paix...civile.

Je tiens à préciser que le groupement associatif ACAJA-CAPAC a signé récemment la pétition Technopol, Paris : Quand la nuit meurt en silence.

En conclusion, je pense que l'insécurité dépend de nombreux facteurs et que chacun d'entre eux présente plus ou moins de risques.

Concrètement, si certains bistrots sont régulièrement le théâtre de violences, si certains restaurants manquent aux règles essentielles d'hygiène et de propreté, si certains bars de nuit génèrent de trop importantes nuisances sonores, il y a lieu de prendre des mesures à l'encontre de ces établissements et eux seuls.

Mais mettre tout le monde dans le même panier, je le confirme, c'est agir injustement.

Contact : Jean-Claude JANAN

www.yagg.com/2009/10/28/video-lancement-dune-petitio-pour...

acaja17@orange.fr

 

* à vérifer sur les arrêtés préfectoraux

 

11:16 Écrit par l'ACAJA | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : acaja-capac, epinettes, janan |  Facebook | |  Imprimer | |

Commentaires

Les épiciers qui travaillent tardievement dans la nuit sont aussi facteur de sécurité : ils sont allumés, ouverts, accueillants. Ce sont les dépanneurs des citoyens qui travaillent tard ou sont étourdis... lorsqu'il manque le sel et le pain.
Cordialement

Écrit par : PORCEDDA Annie | 21/12/2009

Bonjour madame PORCEDDA
La lecture de votre commentaire m'a fait grand plaisir et je vous en remercie.
Bonne journée à vous et Bonne Année 2010.
Bien associativement.

Écrit par : Jean Claude JANAN | 29/12/2009

Les commentaires sont fermés.