Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/09/2014

Les Chibanis

--751233599.3.png

Les Chibanis de Paris se mobilisent pour garder un toit      

Cela fait 10 ou 30 ans qu'ils habitent cet hôtel meublé du Faubourg Saint-Antoine, à Paris, qui n'a plus d'hôtel que le nom et qui tombe tristement en lambeaux. Malgré la vétusté des lieux, l'absence d'eau chaude et les cafards sur les murs, ces vieux messieurs, immigrés venus d'Algérie et du Maroc, des "chibanis", font de la résistance pour conserver leurs chambres. Reportage d'Agathe Mahuet à découvrir dans ce journal et ci-dessous.

Smaïl, un des chibanis de la rue Saint-Antoine à Paris. Agathe Mahuet © Radio France

 

Parce qu'il veut vendre, le propriétaire (la CISE, Compagnie des immeubles de la Seine) les menace d'expulsion. Eux réclament d'être relogés, décemment. Tout de même, ils n'ont pas travaillé quarante ans en France, sur les chantiers ou dans les cuisines, pour finir abandonnés sur le trottoir.

Sur les murs de sa chambre de 9m², Smaïl Regredj a collé les photos de sa famille nombreuse, restée en Kabylie.

A Tizi-Ouzou, j'ai une femme, huit enfants, et pleins de petits-enfants. Mais cela fait 47 ans que je travaille en France! Je ne peux pas retourner là-bas. Ma vie est ici, j'ai mes habitudes ici

 

Smaïl espère maintenant que la ville de Paris transformera le vieil hôtel en un immeuble de logements sociaux. Le problème, comme l'explique Moncef Labidi, responsable du Café social, à Belleville, c'est que les politiques français n'ont jamais pensé que ces travailleurs immigrés solitaires envisageraient de finir leurs jours ici, en France, loin de leur femme, de leurs enfants et du pays qu'ils ont quitté il y a bien trop longtemps pour pouvoir, aujourd'hui, retourner y vivre leur retraite :

Lecture
Partager

 

 

Pour Moncef Labidi, sociologue de formation, le sentiment d'intégration des jeunes Français issus de l'immigration maghrébine serait plus fort si l'on prenait davantage soin de leurs aînés, les Chibanis. En attendant que les politiques se saisissent du dossier, Moncef et son association ont mis en place des colocations pour immigrés âgés : quatre "domiciles partagés" sont déjà loués dans le nord parisien :

Lecture
Partager

 

>>> Retrouvez le magazine de la rédaction consacré au sujet : 

"Chibanis en sursis", ces vieux immigrés que l'Etat ne veut plus voir (septembre 2011)

11:14 Écrit par l'ACAJA dans Billet du président | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | |

A la recherche d'un JOB

751233599.3.png 

 

Vous recherchez un emploi

Une bonne idée venant de Belgique

***L'équipe Distrijob***

Vous donne un bon tuyau

BLOG EMPLOI

blog-recherche-emploi.jpg

Dans un monde où Internet occupe une place de plus en plus importante, où les recruteurs n’hésitent plus à faire des recherches en ligne sur les candidats et où toute information négative trouvée sur le net peut desservir un chercheur d’emploi, gérer sa réputation en ligne est devenu primordial. 

Cependant, plutôt que de disparaître de la planète Internet, pourquoi ne pas mettre à profit ces nouvelles pratiques pour mieux vendre votre profil et décrocher un job ? Découvrez ainsi pourquoi et comment créer un blog emploi


Créer un blog emploi : un exercice à la portée de tous

C’est à savoir: aucune connaissance technique n’est requise pour créer un blog. En effet, la création est à 100% assistée et standardisée. Tout internaute peut ainsi en créer un.

De plus, nul besoin d’être un professionnel de l’Internet pour bien référencer votre blog. En effet, si vous utilisez les outils de création de blogs édités par les moteurs de recherche (Blogger pour Google par exemple), votre blog sera facilement référencé. Il vous suffit alors d’inscrire vos nom et prénom en titre du blog pour que celui-ci apparaisse en première page des résultats suite à une requête vous concernant.

Quel contenu et quels avantages ?

Créer un blog emploi correspond au concept de self-marketing. En effet il s’agit, au-delà de vous présenter et de vous faire connaître, de réaliser votre propre promotion.


La visite de votre blog permettra aux recruteurs d’aller au-delà des idées reçues: vous êtes jeunes, votre recruteur pense que vos connaissances sont trop faibles? Votre blog montrera vos capacités d’analyse, votre niveau de connaissance et l’intérêt que vous portez au secteur…. Vous êtes expérimenté, votre recruteur pourrait penser que vous n’êtes plus « à la page »? Votre blog lui montrera que vous êtes à la pointe de la technologie et que votre intérêt pour les évolutions de votre secteur est toujours aussi grand qu’au début de votre carrière…


Votre blog peut ainsi comporter des analyses sur différents sujets d’actualité de votre secteur. Il peut également reprendre des articles intéressants que vous trouverez dans la presse, en y ajoutant vos commentaires et votre vision personnelle. La lecture de votre blog doit donner à voir votre expertise: tout lecteur, qu’il s’agisse d’un internaute ou d’un recruteur, doit en effet vous percevoir comme un expert de ce secteur.

Votre blog doit également être la vitrine de votre parcours professionnel et de vos compétences. Il représente en effet un moyen de mettre en avant vos connaissances, vos qualités rédactionnelles, vos capacités d’analyse, votre niveau d’expertise ou encorevotre vision innovante du secteur d’activité dans lequel vous évoluez.


Votre blog doit par ailleurs être un moyen de multiplier les contacts et par conséquent de développer votre carnet d’adresses. A vous de favoriser les échanges autour de thèmes pertinents : soulevez des interrogations, partagez vos expériences avec d’autres bloggeurs, répondez aux commentaires laissés sur vos articles et profitez de toute occasion pour développer votre réseau.

Pensez également à relier votre blog à tous vos outils de recherche d’emploi: CV téléchargeable disponible en marge de votre blog, liens vers vos profils Viadeo ou Linkedin, moyen de contact direct… De même, le lien pointant vers votre blog doit figurer sur chacun de vos supports (CV notamment).

Les écueils à éviter :

Votre blog est le symbole de votre motivation à trouver un emploi dans votre secteur d’activité. En revanche, laisser dépérir votre blog sans le tenir à jour ne vous fera pas une publicité des plus positives. Engagez-vous donc à l’entretenir et le mettre à jour quasi-quotidiennement.

Il doit également être le reflet de vos compétences professionnelles. Ainsi, s’il est judicieux de distiller quelques informations personnelles pour attiser la curiosité des recruteurs sur votre profil, gardez-vous d’exprimer des opinions politiques, religieuses ou des critiques trop acerbes. Pour un blog utile et positif, restez dans l’analyse et veillez à ne pas tomber dans le jugement personnel.

Enfin, gardez en tête que créer un blog constitue un soutien à votre recherche d’emploi et non le moyen unique et sans faille d’en trouver un. Le blog représente ainsi une opportunité, non une priorité. Conjuguez donc vos efforts sur l’ensemble des moyens de recherche d’emploi.

Vous voilà désormais prêt à entrer dans la blogosphère.

A vos claviers : créez votre blog, faites la différence auprès des recruteurs

et décrochez un job. 

L'équipe Distrijob

11/09/2014

Epiciers dépanneurs des Epinettes à Paris 17e.

-751233599.3.png

L'épicier dépanneur de proximité

 

unnamed.png

Artcicle paru dans le n°84 SEPTEMBRE 2014, écrit par Nadia Sweeny journaliste indépandente. 

"L'Arabe du coin"

ne veut pas mourir

Mode de vie

Elles sont ouvertes tard dans la nuit, offrent une gamme de produit étendue et un accueil chaleureux. Les petites épiceries de quartier, tenues surtout par des Maghrébins, font partie du paysage urbain depuis les années 1960 mais aujourd'hui menacées. Avec la rude concurrence de la grande distribution et des réglementations restrictives, l'Arabe du coin est-il en train de disparaître? Eléments de réponse.

Lire l'article page 62 *** Le courrier de L'ATLAS est en vente dans les kiosques de l'avenue de Clichy.

 

1311448254.JPG

4071095818.JPG

40 commerçants au CLUB des épiciers de nuit de l'ACAJA

***