Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/02/2015

Aux Epinettes à Paris 17ème, commerces de proximité.

-1312181012.png 

10957735_339841186223988_7528292167949750089_n.jpg

Attractivité commerciale

Rue de La Jonquière

Avenue de Clichy

Paris 17ème

 

La revitalisation de l'avenue de Clichy et de la rue de La Jonquière

 

L'avenue de Clichy et la rue de La Jonquière, quartier des Epinettes Paris 17ème, sont les principales artères commerciales.

Dans les années 1970, ces deux artères étaient les principales du quartier des Epinettes..

Elles offraient une gamme de commerces florissants, en plus d’être un lieu de rencontres sociales et culturelles.

L’arrivée des centres commerciaux en périphérie de Paris et les mouvements de population ont perturbé l’attrait de ces deux artères  auprès de la population.

La conséquence, plusieurs entreprises et commerces de proximité ont déménagé ou fermé leurs portes.

Actuellement, la rue de La Jonquière et l'avenue de Clichy se partagent en pôles aux vocations différentes. .

Le premier pôle La Jonquière conjugue des rôles commerciaux et résidentiels (nouveau complexe résidentiel, square, école, piscine, théâtre, café restaurant, boulangerie, commerce, clinique, etc.).

Pour ce qui est du deuxième pôle l'avenue de Clichy, il regroupe les commerces les plus achalandés (habillement, maroquinerie, brasserie, pharmacie , épicerie, fruits et légumes, banque etc.). 

À l’heure actuelle, ces deux artères comptent  plus de 170 commerces. 

Depuis quelques années, dans le but de rendre aux Epinettes sa place comme le cœur commercial et social de l’arrondissement, la Ville de Paris, la Mairie du 17ème arrondissement, l’Association des Commerçants-Artisans ACAJA et ses partenaires dont la Chambre de Commerce de Paris et la SEMAEST, travaillent à revitaliser ces deux artères.

Les objectifs de cette revitalisation consistent à : Favoriser une plus grande circulation piétonne et cycliste

  • - Améliorer l’image et l’attractivité des deux artères
  •  - Accroître la fréquentation des commerces et des services
  • - Diversifier le mix commercial
  • - Favoriser l’arrivée de nouveaux commerces
  • - Soutenir la revitalisation et le réaménagement des deux artères   commerciales
  • - Augmenter la qualité des milieux de vie
  • - Favoriser la croissance économique
  • - Favoriser la création d'emplois
  • - Accroître la sécurité des biens et des personnes
  • - La construction du Tribunal de Grande Instance de Paris - Porte de Clichy
  • - La construction du siège de la Police Judiciaire de la Préfecture de Police - Porte de Clichy
  • - Prolonger  la ligne Tramway T3 de la Porte de Clignancourt à la Porte d"Asnières
  • - Réaliser le prolongement de la Ligne 13 du Métro

 Le renouveau de l'attractivité commerciale

est en bonne marche

pour le territoire associatif

1312181012.png

ACAJA Quartier des Epinettes.jpg

 

 

 

 

04/02/2015

Enseignes lumineuses

-

2f3d5ba0e96a28ac32c625e2b450c690.jpg

Actualité : article de veille

Réforme des règles applicables à la publicité extérieure

Le 11/07/2013, par La Rédaction de Net-iris, dans Affaires / Commercial & Sociétés.

0 Commentaire

Les commerçants doivent mettre aux normes leurs enseignes et éteindre la nuit leurs publicités lumineuses.

La réglementation relative aux nuisances lumineuses et à la maîtrise des consommations d'énergie ont évolué, afin de répondre à la double problématique de la chasse au gaspillage énergétique et de la pollution lumineuse.

Les articles 36 et suivants de la loi Grenelle II du 12 juillet 2010, ont réformé les règles relatives à la publicité extérieure en interdisant toute publicité en dehors des lieux qualifiés d'agglomération par les règlements relatifs à la circulation routière, mais également dans certains lieux limitativement énumérés à l'intérieur d'une agglomération. La loi aménage également les règles applicables aux règlements locaux de publicité, et supprime les préenseignes dérogatoires pour y substituer un dispositif de préenseignes harmonisées, centralisées ou une signalétique nationale harmonisée.

L'Etat impose l'extinction des enseignes lumineuses commerciales entre 1 et 6 heures du matin. Ces dispositions, qui visent à protéger le cadre de vie en limitant la publicité extérieure, tout en permettant l'utilisation de moyens nouveaux, ont été précisées par un décret (n°2012-118) du 30 janvier 2012 (modifié par le décret (n°2012-948) du 1er août 2012 relatif à l'implantation et au nombre d'enseignes de plus d'un mètre carré autorisées en fonction du nombre de voies ouvertes à la circulation publique bordant l'immeuble où s'exerce l'activité signalée. Il corrige également une erreur de renvoi qui concerne le format des enseignes scellées au sol).

Les nouvelles enseignes et publicités lumineuses (type néons, panneaux, lettres éclairées, etc.) doivent être éteintes entre 1 heure et 6 heures du matin.

Cette nouvelle réglementation s'appliquera progressivement à l'ensemble des installations existantes d'ici 2018, sachant que les enseignes en lien avec une activité nocturne exercée entre minuit et 7h du matin, doivent s'éteindre 1h après la fermeture et 1h avant la ré-ouverture.
Pour les publicités situées dans les unités urbaines de plus de 800.000 habitants, il revient au Maire de délimiter les zones où les publicités doivent être éteintes via le règlement local de publicité.

Par ailleurs, le décret du 30 janvier 2012 a encadré et précisé la mise en oeuvre de cette réforme de la manière suivante :

  • il réduit les formats des dispositifs publicitaires muraux, en fonction de la taille des agglomérations, jusqu'à 4 m2 carrés dans les agglomérations de moins de 10.000 habitants ;

     

     

  • il institue une règle de densité pour les dispositifs classiques scellés au sol et muraux le long des voies ouvertes à la circulation publique, par une limitation à un dispositif publicitaire par linéaire de 80 mètres sur le domaine privé et un autre sur le domaine public ;

     

     

  • il précise les règles particulières et dérogatoires applicables dans les aéroports et lesgares, afin de tenir compte de leur spécificité en termes de tailles et de fonctionnement, en particulier pour les plus grands aéroports (articles R581-26 et suivants du Code de l'environnement) ;

     

     

  • il institue une obligation d'extinction des dispositifs lumineux : les publicités lumineusesdevront être éteintes la nuit, entre 1 et 6 heures du matin, sauf pour les aéroports et les unités urbaines de plus de 800.000 habitants, pour lesquelles les maires édicteront les règles applicables. Les enseignes lumineuses suivront les mêmes règles.

Notons également que, pour éviter le développement des enseignes lumineuses numériques à la "mode américaine", le ministère de l'Ecologie a largement renforcé la réglementation notamment en ce qui concerne leur surface, leur luminance, leur consommation énergétique, et leur dispositif anti-éblouissement.

S'agissant de la publicité affichée sur des bâches temporaires, une réglementation spécifique s'est mise en place : les bâches de chantier peuvent comporter de la publicité sur la moitié de leur surface, et les bâches publicitaires doivent respecter une règle de densité.

Enfin, les règlements locaux de publicité, adaptations communales des règles nationales, ne pourront dorénavant qu'être plus restrictifs que la règle nationale. Ils seront élaborés, révisés et modifiés selon les règles applicables aux plans locaux d'urbanisme.

 

Lire l'article complet

Plan détaillé :

  1. Introduction
  2. Obligation d'effectuer une déclaration préalable
  3. Interdiction de toute publicité dans certains lieux
  4. Enseignes exclues du champ de la réforme
  5. Mise aux normes des publicités et préenseignes dès 2015

En texte intégral, cet Article comporte 1363 mots.

29/01/2015

Projet innovant boulevard Bessières - Paris 17ème.

-

2f3d5ba0e96a28ac32c625e2b450c690.jpg

reinventer-paris.jpg

Le renouveau du quartier

des Epinettes

Paris 17ème

 est en bonne voie

je clique

http://www.reinventer.paris/fr/sites/1254-bessieres-17e.html 

Cet ensemble immobilier de la fin des années 1950 est amené à évoluer en relation avec la dynamique urbaine du secteur marquée par l’achèvement en cours de la Zone d’Aménagement Concerté de la Porte Pouchet et l’opération rue Rebière.
Ce renouveau va s’accélérer à moyen terme avec le prolongement du tramway des maréchaux véritable vecteur de valorisation de la petite ceinture de Paris.
Le travail de requalification de l’ensemble immobilier engagé par Paris Habitat permettra de dégager des potentiels de densification du site, dans le cadre de la cession de certaines parties de l’actuelle unité foncière. Un potentiel prévisionnel d’environ 3000 m² est identifié
La requalification de cet ensemble immobilier présente un véritable défi : celui de la diversification résidentielle et fonctionnelle au bénéfice de l’animation et de l’intégration urbaine de cet ensemble immobilier.
 

emblematique_bessiere3_5e93c.jpg