Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/03/2011

On a lu ... Le bus électrique 17/18

On a lu N°44 ... Sur le blog

Annick Lepetit

LE BUS DE QUARTIER

POUR LE 17ÈME ET LE 18ÈME SERA ÉLECTRIQUE

    

20 février 2011

C’est la RATP qui a gagné l’appel d’offre voté par le Conseil de Paris pour le nouveau mini bus électrique qui traversera des quartiers du 17ème et du 18ème arrondissement.

Un bus électrique est le choix d’une politique des transports publiques résolument protectrice de notre environnement, avec pour ici moins de pollution atmosphérique et sonore dans les rues des Batignolles, des Epinettes et des Grandes Carrières.

Ce bus de quartier est l’aboutissement d’un projet que je porte depuis 2005, bien avant que le Maire de Paris, Bertrand Delanoë, ne me confie la délégation des transports, des déplacements et de l’espace publique de la Capitale. C’est donc avec beaucoup de patience, de volonté et de détermination que j’ai conduit ce travail. 

J’ai mené une longue concertation avec les habitants et les maires d’arrondissement pour que ce nouveau mode de déplacement de proximité permette de compléter au mieux le réseau de transports existants. Dans ces quartiers du 17e et du 18ème, l’habitat est dense, les équipements publics nombreux et l’offre de transport moins importante.

Un itinéraire de près de 8 kilomètres est ainsi programmé comportant 26 arrêts, fonctionnant 7j/7 de 7h30 à 20h30, avec des minibus d’une vingtaine de places chacun, toutes les 15mn. Nous pourrons en avoir l’usage a la fin de l’année 2011.

Le trajet du bus :

http://www.annicklepetit.fr/wp-content/uploads/2011/02/Pl...

18:46 Écrit par l'ACAJA dans On a lu | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | |

15/02/2011

On à lu

SHOP MAG3.jpg

On a lu N°40...

Le projet des Tours de Levallois est relancé

Tour de Levallois semarelp.jpgAprès la décision du tribunal de commerce de Paris cassant l’engagement qui liait la ville de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) à un cheikh saoudien, le projet des Tours de Levallois va pouvoir reprendre.


 
 
photo Semarelp
 
 
«La Ville de Levallois et le groupe Semarelp (société d'économie mixte de Levallois-Perret) ont retrouvé l'intégralité de leurs droits pour mener à bien l'opération des Tours de Levallois en partenariat avec de nouveaux investisseurs», a précisé la municipalité dans un communiqué.

Cette déclaration intervient après la décision du tribunal de commerce de Paris cassant l’engagement entre la ville de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) et un cheikh saoudien.
 
Pour rappel, en juin 2008, Mohamed bin Issa al-Jaber avait acquis les droits à construire (240 millions d'euros) des tours de Levallois, hautes de 164 mètres, qui devaient être livrées en 2012. Mais ce projet ambitieux peinait à voir le jour en raison de plusieurs paiements de retard. Aujourd’hui, le projet semble trouver un second souffle.

Les tours ultramodernes de 40 étages doivent abriter des bureaux, un hôtel de luxe de plus de 400 chambres, 40 boutiques haut de gamme et un restaurant gastronomique.

08:01 Écrit par l'ACAJA dans On a lu | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | |  Imprimer | |

16/01/2011

On a lu ... Sur Internet

 On a lu N° 40 .... Sur Internet

Le mieux vivre ensemble

entre Chrétiens et Musulmans

 

 Source : Valeurs actuelles du 23.12.2010

C'est deux billets sont à la demande de commerçants Chaldéens et Musulmans de l'ACAJA-CAPAC

 

 

Pascal GollnischPascal Gollnisch
Directeur général de L’Œuvre d’Orient
“Les aider à vivre dans leur propre pays”
Nous devons aider les chrétiens d’Orient. Il ne s’agit pas de chercher pour eux un quelconque privilège : on en est loin ! Il convient seulement de les aider à rester dans leur propre pays, à y vivre dans des conditions convenables. Pourquoi ? Nous pouvons répondre avec tous ceux qui, croyants ou non, s’intéressent au fait chrétien que nous som­mes devant des populations qui sont à l’origine même du christianisme. Cependant, il ne s’agit pas de les préserver dans une sorte de musée, par respect pour une archéologie vivante de l’Église. Nous pouvons répondre encore que nous sommes devant un défi éthique. On ne résout pas le problème du Tibet en proposant l’exil des Tibétains… Les droits fondamentaux doivent être respectés dans les nations modernes, selon les traités qu’elles ont elles-mêmes signés. Les gouvernements du Moyen-Orient doivent garantir la sécurité de tous leurs concitoyens. Les minorités, quelles qu’elles soient, doivent pouvoir vivre sereinement. Nous pouvons encore considérer que la disparition des chrétiens du Moyen-Orient serait un véritable appauvrissement pour les pays concernés. Les citoyens chrétiens en effet sont au service de leur nation parfois bien au-delà de leur force numérique. Sur le plan de la santé ou de l’éducation, les chrétiens sont un apport incontestable. De plus, ils jouent souvent un rôle régulateur : tous savent que, sans les chrétiens, le Liban serait livré à un redoutable face-à-face. Les chrétiens sont des artisans de paix ; ils sont souvent un pont avec d’autres cultures tout en ayant, au siècle dernier, contribué au réveil de la culture arabe.

 Mais l’ultime motivation pour aider les chrétiens d’Orient et les aider à rester sur place est plus égoïste. Nous devons travailler à construire, entre gens de bonne volonté et à l’encontre de la violence, les conditions d’un “vivre ensemble” entre chrétiens et musulmans. Si la preuve malheureuse était faite d’une impossibilité de la coexistence pacifique, cela aurait des répercussions désastreuses y compris dans notre pays. À la suite des papes Jean-Paul II et Benoît XVI, nous devons croire à cette coexistence en recherchant inlassablement les liens avec les hommes de bonne volonté.

 

 

CHALDEENS.pngMgr Louis Sako
Archevêque chaldéen de Kirkouk (Irak)
“Le martyre est l’expression absolue de notre amour”
La foi n’est ni une question idéologique, ni une spéculation théologique, mais bien une réalité mystique, voire existentielle. La foi est une rencontre personnelle avec quelqu’un que l’on connaît, que l’on aime et à qui l’on s’est donné totalement. Ceci est très prégnant dans notre spiritualité orientale. Cet autre qu’on aime est une dimension de nous-même et n’est pas isolé. Pour lui, il faut aller toujours plus loin, jusqu’au sacrifice.

  Le martyre est pour nous l’expression absolue de la fidélité de cet amour. Le 31 octobre, lorsque Wassim, jeune prêtre de la cathédrale de Bagdad, est allé dire aux terroristes : « Tuez-moi et libérez les fidèles », il savait ce qu’il disait. C’était son engagement d’amour pour le Christ et les siens. Pour nous, chrétiens d’Irak, le martyre est le charisme de notre Église, vieille de plus de deux mille ans. En tant que minorité, confrontée sans arrêt aux difficultés et au sacrifice, nous sommes conscients qu’être témoin du Christ peut aller jusqu’au martyre. C’est la même racine en langue arabe : Shahid wa shahiid !

Je pense que les chrétiens du monde entier ont besoin aujourd’hui de se “recycler” spirituellement, dans leur christianisme et leur engagement, au contact des chrétiens persécutés d’Irak et d’ailleurs.

L’amitié, la solidarité et le soutien de nos sœurs et frères chrétiens de France et d’Occident nous donnent le courage de résister, de rester sur notre terre et dans nos églises, pour perpétuer notre présence et notre témoignage chrétien. Le fait de savoir que vous êtes proches de nous nous pousse à cultiver le “vivre ensemble” en paix et en harmonie avec nos frères musulmans

http://www.valeursactuelles.com/dossier-d039actualit%C3%A...

L'équipe du blog ACAJA-CAPAC