Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/11/2013

ACAJA-CAPAC, secteur associatif, quartier des Epinettes Paris17e

-767313289.18.jpg

-

 

Accessibilité, classement, la CCI Paris accompagne les hôteliers

 Afin d’aider les hôteliers à mettre en œuvre les nouvelles normes en matière de classement hôtelier (entrées en vigueur en 2009) et d’accessibilité (applicables en 2015), la CCI Paris a conçu deux outils spécifiques d’audit et d’accompagnement : le diagnostic «classement» et le diagnostic «accessibilité».

 

Accessibilité, classement, la CCI Paris accompagne les hôteliers - © B. Jackson/Fotolia

 Diagnostic « classement », faire le point sur ses étoiles

Depuis 2012, les hôteliers qui n’ont pas effectué les démarches administratives pour que leur catégorie soit réévaluée en fonction des nouvelles normes ne sont plus classés.

Pour eux, ainsi que pour les nouveaux hôteliers et les hôteliers qui souhaitent opérer un changement de catégorie, la CCI Paris propose un dispositif performant d’évaluation puis d’accompagnement pour l’obtention d’un classement de 1 à 5 étoiles.

Lors du diagnostic, le chef de projet de la CCI Paris évalue le classement de l’établissement, puis propose, si nécessaire, un plan d’actions à mettre en œuvre pour accéder à la catégorie souhaitée. Il guide ensuite l’hôtelier tout au long de la procédure administrative de classement, dématérialisée sur le site Atout France.

Plus d’une centaine d’établissements ont déjà été accompagnés par la CCI Paris dans le cadre de ce diagnostic.

Diagnostic « accessibilité », se préparer pour 2015
Le 1er janvier 2015, tous les Etablissement Recevant du Public (ERP) devront être accessibles aux personnes en situation de handicap, qu’il s’agisse de handicaps moteurs, visuels, auditifs ou psychologiques. Afin d’aider les hôteliers à être prêts pour 2015, la CCI Paris propose un diagnostic « accessibilité » en deux étapes : audit et accompagnement à la dérogation.

En partenariat avec un cabinet spécialisé, le chef de projet de la CCI Paris effectue un audit précis de l’établissement, préconise les travaux à réaliser et évalue, point par point, l’enveloppe budgétaire nécessaire à la mise en conformité de l’hôtel. Le rapport d’audit, très détaillé, sert ensuite de base à l’hôtelier pour engager les travaux nécessaires.

Lors de l’audit, des points dérogatoires peuvent être identifiés (contraintes architecturales ou mise en péril de l’équilibre économique de l’établissement). La CCI Paris accompagne alors l’hôtelier pour construire puis déposer un dossier de demande de dérogation à la préfecture de police.

Tarifs :
Diagnostic « classement » : sur devis (à partir de 450 € HT)
Diagnostic « accessibilité » :
- Audit : 800 € HT (capacité de l’hôtel inférieure à 50 chambres), sur devis (au-delà de 50 chambres)
- Accompagnement à la dérogation : sur devis (à partir de 800 € HT)

Votre contact :
Maryline Troussard, chef de projets – département développement territorial
CCI Paris
01 55 65 47 51
mtroussard@cci-paris-idf.fr

Le 25/11/2013

21/11/2011

ACAJA... il faut le savoir ...

INFORMATION

 

SIGLE ACAJA-CAPAC -2-.jpg

C'est la licence qui parle !

 

Choix de la licence

La licence est délivrée par la mairie ou par la préfecture de police pour Paris.

Dans le cadre d'une exploitation en nom propre, la licence est au nom soit du propriétaire du fonds de commerce, soit du locataire-gérant. Lorsque le débit de boissons est exploité par une société, la licence est au nom de son représentant légal.

Le choix de la licence dépend de la nature du débit de boissons. Depuis le 1er juin 2011, la licence I (de boissons sans alcool) est supprimée.

Débits de boissons à consommer sur place

La nature de la licence est fonction des boissons que le débitant souhaite vendre :

Attention : les établissements titulaires d'une licence à consommer sur place peuvent également vendre à emporter les boissons correspondant à leur catégorie de licence !

Nature de la licence

Groupes de boissons

Licence du 2ème groupe

Boissons du 2ème groupe

(Boissons fermentées non distillées)

Vin, bière, cidre, poiré, hydromel, vins doux naturels bénéficiant du régime fiscal des vins, crèmes de cassis, jus de fruits ou de légumes fermentés comportant de 1, 2 à 3 degrés d'alcool.

Licence du 3ème groupe

(appelée licence restreinte)

Boissons du 3ème groupe

Vins doux naturels autres que ceux appartenant au 2nd groupe, vins de liqueurs, apéritifs à base de vin, liqueurs de fraises, framboises, cassis, cerises, ne tirant pas plus de 18 degrés d'alcool pur.

Licence du 4ème groupe

(appelée grande licence ou licence de plein exercice)

Boissons du 4ème groupe

Rhums, tafias, alcools provenant de la distillation des vins, cidres, poirés ou fruits et ne supportant aucune addition d'essence, ainsi que des liqueurs édulcorées au moyen de sucre, de glucose ou de miel à raison de 400 grammes minimum par litre pour les liqueurs anisées et de 200 grammes minimum par litre pour les autres liqueurs et ne contenant pas plus d'un demi-gramme d'essence par litre.

Boissons du 5ème groupe

Toutes les autres boissons alcooliques, hormis celles qui sont interdites à la vente.

Pour les licences du 4ème groupe, il n'y a pas de création possible mais seulement un transfert, c'est-à-dire l'achat de la licence dans un lieu pour la délocaliser.

Débits de boissons à emporter

Sont concernés par la licence de débit de boissons à emporter :

  • les restaurants à emporter;
  • les supermarchés;
  • les épiceries;
  • les cavistes.

La vente à distance est considérée comme une vente à emporter.

Les débits de boissons à emporter sont répartis en deux catégories selon l'étendue de la licence dont ils sont assortis :

  • la petite licence à emporter qui permet de vendre à emporter les boissons du deuxième groupe ;
  • la licence à emporter qui correspond à la licence du 4ème groupe.

Pour toute information sur les licences " restaurant ", vous pouvez consulter la fiche Ouverture et exploitation d'un restaurant.

Formalités légales

Déclaration administrative préalable

Attention : cette formalité ne concerne pas les débits de boissons à emporter !

La personne qui veut ouvrir un café, un cabaret, un débit de boissons à consommer sur place est tenue de faire, 15 jours au moins avant le début d'activité, et par écrit, une déclaration indiquant :

  • ses nom, prénom(s), lieu de naissance, profession et domicile ;
  • la situation du débit ;
  • à quel titre elle doit gérer le débit ;
  • s'il y a lieu les nom, prénom(s), profession et domicile du propriétaire ;
  • la catégorie du débit qu'elle se propose d'ouvrir.

Remarque : cette déclaration doit être faite auprès de la Préfecture de police pour Paris et auprès de la mairie pour les autres communes.

Déclaration fiscale préalable

Depuis le 1er janvier 2011, la déclaration fiscale préalable déposée auprès du bureau des douanes n'est plus requise.
Article 52 de la loi n°2010-1658 29 décembre 2010.

Immatriculation au registre du commerce et des sociétés

S'il s'agit d'un débit de boissons marchand, une immatriculation au registre du commerce et des sociétés est obligatoire, soit en tant qu'entreprise individuelle, soit sous forme de société commerciale.

Voir aussi sur le site
Inforeg vous accompagne
Mis à jour le 28/07/2011

22:44 Écrit par l'ACAJA | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ccip, acaja, capac, info greffe |  Facebook | |  Imprimer | |

30/05/2010

La Chambre de Commerce de Paris

SIGLE ACAJA-CAPAC.png

La Chambre de Commerce fête le printemps

Faisons confiance à la Présidente Geneviève ROY et aux élus de la Chambre de Commerce de Paris qui viendront prochainement à notre rencontre, vêtus d'un blouson blanc.

En attendant

www.leprintempsdelentrepriseetducommerce.fr

www.ccip75.fr

Ensemble, développons l'énergie d'entreprendre

L'économie parisienne en chiffres

www.ccip75.fr/upload/pdf/economie_parisienne.pdf