Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/03/2013

La souffrance des commerçants de proximité --- La Jonquière --- bas de l'avenue de Clichy --- boulevard Bessières et rues avoisinantes --- Quartier des Epinettes à Paris 17e !

ACAJA-CAPAC.jpg

 

---

A deux pas du plus grand chantier de Paris

ZAC Clichy - Batignolles

de nombreux commerçants, artisans de proximité et leurs employés sont en souffrance

dans le quartier des Epinettes.

Secteur associatif ACAJA-CAPAC

.

 

Les épiciers dépanneurs:

Depuis 2008, en raison d'une décision injuste à leur encontre, ceux qui exercent leur activité dans le secteur La Jonquière et bas de l'avenue de Clichy deviennent des commerçants pauvres.

Pour  s'en convaincre il suffit de bavarder avec eux.

Ils seraient responsables de tous les maux :insécurité et nuisances nocturnes.

Les restaurants de proximité :

Le taux de fréquentation des restaurants est en baisse depuis le départ des entreprises du secteur gare Cardinet et du boulevard Bessières.

En soirée, les gentils restaurateurs du quartier des Epinettes ne font pas appel aux voituriers !

Eux aussi connaissent la tracasserie des contrôles.

Les artisans plombiers- électriciens :

Il bataillent pour trouver une place de stationnement, fréquemment ils sont verbalisés.

Les Zones Livraisons occupées illicitement par des flibustiers et quelques fois par des cabanes de chantier avec une autorisation de la Préfecture de Police.

Ils sont victimes du travail au noir : combien de fonctionnaires verbalisés dans le quartier des Epinettes pour cette activité illicite ?

Les salariés : 

Connaissent chaque jour la galère de la Ligne 13.

Beaucoup d'employés craignent de perdre leur emploi en raison du fléchissement de l'activité économique dans le secteur La Jonquière - bas de l'avenue de Clichy - boulevard Bessières et rues avoisinantes. 

...

L'ACAJA et la CAPAC

remercient les élus qui agissent et viennent à la rencontre des commercants de proximité qui sont en souffrance.

...

Nous reviendrons prochainement sur la sécurité pour tous et plus

particulièrement pour les mises en danger

des commerçants de proximité

---

06/03/2013

Nous aimons le quartier des Epinettes - La Jonquière --- Paris 17e

BIENVENUE.png

-

AFFICHE 1 2012.png

bandeau épiciers de nuit.png

 

PORTRAIT JCJ.jpg

on ne lâchera pas3.png

Nous militons pour le maintien et le développement des commerces de proximité, et non pour soutenir des initiatives injustes  à l'encontre des gentils commerçants de proximité.

---

Les commerçants et artisans de proximité

méritent le respect .

---

http://fr.wikipedia.org/wiki/Rue_de_La_Jonqui%C3%A8re

http://fr.wikipedia.org/wiki/Rue_de_La_Jonqui%C3%A8re

L'accessibilité du commerce --- avenue de Clichy --- emplacement N°1

 

logo ACAJA.png

 

Jean-Pierre Lehmann -

président de la Fédération nationale des centres-villes

 

 

Quels sont les critères pour choisir son emplacement ? Jean-Pierre Lehmann, président de la Fédération nationale des centres-villes fait le point sur ce sujet et évoque les pistes de développement pour le commerce en centre-ville.

« L'accessibilité du commerce est plus prioritaire que son emplacement »

Que faut-il privilégier dans le choix de son emplacement ?
Avoir un emplacement là où il y a du passage, c’est toujours mieux. Mais cela dépend de son activité, c’est nécessaire pour certaines et pour d’autres moins. Pour un restaurant, il n’est pas obligatoire d’être implanté sur les emplacements n°1, car les clients peuvent marcher 500 m de plus pour s’y rendre.
Pour moi, l’accessibilité du commerce est plus prioritaire que son emplacement. Car il est souvent d’être difficile d’accéder au centre-ville et de s’y garer.
Du coup, on assiste au développement de zones en semi-périphérie (entre le centre et la périphérie), qui se déploient par exemple autour d’un cinéma de quartier.
Attention, les collectivités locales développent des politiques pour promouvoir les transports en commun. Or ceux-ci ne remplaceront jamais la voiture, c’est une erreur de vouloir la bannir des villes.

Quel type de commerces occupent les emplacements n° 1 ?
Aujourd’hui, ils sont réservés exclusivement aux grandes chaînes internationales et aux banques, les seules qui ont les moyens d’y figurer. Du coup, certaines villes, comme Toulouse, ont mis en place des dispositifs pour réglementer l’accès aux banques. Ces rues posent un autre problème : le soir, elles sont vides et désertes…
Mais les rues n° 1 restent les rues n°1, même si elles souffrent un petit peu, en raison des travaux pour développer les transports en commun (bus, tramways…) Dans ces rues, les loyers restent très élevés même s’ils ont tendance à se tasser.
Dans 99 % des cas, il n’y a pas d’emplacements vides. Alors que dans les rues n° 2 et n°3, il y a une rotation plus importante et des locaux qui peuvent rester vacants. Ce phénomène se renforce avec une conjoncture difficile.

Quels sont les projets de la fédération ?
Notre souhait est d’organiser le centre- ville comme le ferait un centre commercial avec des thèmes. Pour cela, il faut arriver à avoir une meilleure maîtrise sur le foncier, pour trouver les enseignes qui manquent dans certains domaines. Nous voulons mettre en place un organisme de veille, qui surveille l’état des commerces et si des emplacements se libèrent. Cet organisme de pilotage, dont les membres seraient rémunérés par les collectivités locales, les fédérations de commerçants, irait chercher les enseignes pour qu’elles viennent s’installer. L’idée c’est d’avoir un centre-ville attractif, avec des thématiques (haut de gamme, décoration…). Cela existe déjà dans certaines villes mais cela pourrait être fait de manière plus lisible.