Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/04/2013

Ce n'est pas une rumeur propagée par l'ACAJA

-

logo ACAJA.png

Que cesse la propagation de

fausses informations par des

fonctionnaires qui s'adressent

aux épiciers de proximité du

quartier des Epinettes Sud

L'arrêté ci-dessous existe

ARRETE N° 2013-00433.pngARRETE 2013-00433 page 2.png

 

Les épiciers de proximité des Epinettes - Sud à Paris 17e

logo ACAJA.png

Les dispositions de l'article 2 de l'arrêté

préfectoral

n°09-00180 du 9 mars 2009 sont abrogés.

... 

Attendons la parution

de l'arrêté n°2013-00433 du 19 avril 2013

dans le BMO

---

Epiciers de nuit

Epiciers dépanneurs

Epiciers de proximité

Du quartier des Epinettes - Sud

à Paris 17e

...

La liberté du commerce pour les épiciers de proximité est retrouvée de 22h30 à 7h00

...

Liberté du travail

Le mieux vivre ensemble

Merci :

aux élus de terrain et de proximité, et, à la CCI Paris  qui nous ont soutenus pour obtenir l'abrogation de l'arrêté de mars 2009 .

 

...

Le sentiment d'injustice a disparu pour les

épiciers de proximité du quartier des

Epinettes Sud

à

Paris 17e

...

Historique du dossier depuis mai 2009

dans la catégorie : Épiciers-commerçants de nuit

---

 

logo ACAJA.png

Les épiciers concernés du quartier des Epinettes par l'arrêté

n°2009-00180 du 9 mars 2009, leur interdisant la vente à emporter

de boissons alcooliques du 2ème au 5 ème groupes

de 22 h 30 à 7 h 00, attendaient la sage décision d'abrogation de

l'arrêté depuis des années.

---

Opération coup de poing

Cette nuit du 19 au 20 avril 2013

Trois fonctionnaires ont verbalisé des épiciers de nuit

 ne manquant pas de dire aux épiciers 

que l'ACAJA faisait courir une rumeur sur l'abrogation

 

ARRETE N° 2013-00433.png

ARRETE 2013-00433 page 2.png

 

 

19/04/2013

Google s'intéresse aux commerçants de proximité.

logo ACAJA.png

Pourquoi Google s'intéresse tant aux petits commerçants français

Créé le 10-04-2013 à 17h19 - Mis à jour le 11-04-2013 à 12h00
Laurent Calixte
 

Depuis le 25 mars, des dizaines de "coach" sont partis à l'assaut des 100.000 petits commerces recensés en France. Le but ? Officiellement, les convertir au Web. Officieusement, humaniser son image.

Un coach Google avec un commerçant de Lille DR

Un coach Google avec un commerçant de Lille DR

Mais que Google va-t-il donc faire dans les boulangeries, les charcuteries et les fromageries? De l’évangélisation... Le 25 mars, la société a lancé le projet “Google pour les pros” : d’ici la fin de l’année, 100.000 commerçants auront reçu la visite d' une centaine de jeunes ambassadeurs Google. Pour l’entreprise multinationale aux 50 milliards de dollars de chiffre d’affaires, séduire les commerçants permet de faire oublier son image de “Big Brother” techno et froid. Officiellement, le discours est bien entendu plus convenu : selon le communiqué de presse, le projet a pour but d’“aider les TPE, PME, artisans et commerçants de France à mieux tirer parti de l’opportunité que constitue pour eux Internet”.

Internet : 700.000 emplois 

A l’origine de ce projet, un constat : d’après une étude McKinsey en date de mars 2011[1], Internet a généré 700.000 emplois en 2010 et 450.000 de plus sont prévus d’ici 2015 - notamment grâce aux opportunités et aux emplois qu’il permet de créer pour les petites structures françaises (PME, TPE, commerces...).Il n’a pas échappé à Google et à la CCI que les PME qui sont les plus actives en ligne exportent et se développent deux fois plus que la moyenne...

“Les entrepreneurs français sont de plus en plus nombreux à prendre conscience de cette réalité, mais hésitent encore pour beaucoup à se lancer en ligne: la crainte d’y perdre trop de temps, de ne pas y arriver, ou tout simplement de ne pas saisir ce qu’Internet a à leur apporter les dissuade souvent de faire leurs premiers pas sur le web”, explique le communiqué.

Pionniers de cette opération, 16 jeunes coaches - Ils seront environ une centaine d'ici décembre- ont commencé à écumer les rues commerçantes de Lillle, leur première étape. Ils ont reçu pour mission d'expliquer aux commerçants les services et options gratuites de Google, comme Google Maps ou Google Drive (création de documents en ligne). Ils leur montrent par exemple comment insérer un lien vers leur site sur la "carte de visite" gratuite qui apparaît dans Google Maps à l'emplacement de leur magasin. Ou leur enseignent comment multiplier les mots-clés pour améliorer le référencement. Ainsi, un réparateur auto doit indiquer "réparateur auto", bien sûr, mais aussi "automobile", "réparation", "mécanicien auto"...

La plupart des commerçants ont bien accueilli l'initiative : " "les coaches de Google m'ont donné l'occasion de mettre à jour toutes mes infos sur Internet, raconte Franck Carpigny, coiffeur. Ils m'ont expliqué comment changer mes photos sur Google Maps, comment indiquer mes horaires, etc... Le plus intéressant c'est qu'ils m'ont conseillé d'enrichir mon référencement avec les mots "esthétique, coiffure, coiffure domicile, vernis ongles"... au lieu du seul mot "coiffure"

D'autres commerçants auront été sensibilisés à l'apport des flash-codes sur leur vitrine, à l'intérêt de Google Drive (ex Google Docs) et bien entendu, aussi, à toutes les caractéristiques de... Adwords, la régie publicitaire de Google. 

Les salariés hors de leur tout d'ivoire

Il s’agit là du dernier projet d’envergure de Jean-Marc Tassetto juste avant qu’il ne quitte son poste de DG de Google France le 2 avril. Il avait déclaré le 25 mars : “Je suis convaincu que ce projet, unique en son genre pour Google, permettra aux nombreux professionnels et entrepreneurs de talents français qui hésitent encore à se lancer sur Internet d’y trouver un formidable moyen de rayonner en France et à l’export”

Pour Google, l’opération sera sans doute aussi fructueuse que pour les commerçants: ses salariés ont pu sortir de leur tour d’ivoire et partir à la rencontre de vrais utilisateurs en chair et en os...