Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/11/2015

Tarifs des droits de voirie

-11886132_422472557960850_5299992532071395033_o.png 

Pour répondre aux questions de nombreux amis 

 

Source Ville de Paris

Tarifs des droits de voirie pour les terrasses, étalages et enseignes

Mairie de Paris/ Sophie Robichon
[13/11/2014]

Documentation, contacts ...

L'installation de terrasses, étalages et enseignes est soumise à autorisation et donne lieu à la perception de droits de voirie au profit de la Ville de Paris.

 

Ces droits sont calculés à l'année en fonction de la catégorie de l'objet ou de l'ouvrage, de ses dimensions et de sa localisation.

Vous pouvez télécharger ici les tarifs des droits (extraits du bulletin municipal officiel) :

» Tarifs des droits de voirie (format pdf : 132,6 Ko)
» Classification des voies servant de base de calcul aux droits de voirie(format pdf : 367,9 Ko)

Ces informations sont données ici à titre purement indicatif. Pour des renseignements dans un cas précis, il convient de se rapprocher des agents de taxes qui sont dans les circonscripitions d'instructions de ces demandes.
» Consulter les coordonnées téléphoniques des agents de taxes.

Nous vous engageons vivement à prendre contact avec les agents des taxes en charge du 17ème arrondissement.

***

Dernièrement nous avons rencontré un restaurateur qui avait reçu la taxe de voirie 2015 pour sa terrasse ouverte d'un montant de 10 000 €, après réclamation un abattement de 3 000€ lui a été accordé !

Cherchons l'erreur, rien de facile à la lecture des liens. 

Tarifs des droits de voirie 2016 ?

23/11/2015

PARIS L'ESSENTIEL---L@VITRINE

-                                                        L@ VITRINE

07951a69b22e75d00a01682d36966289.jpg

Douze zones touristiques internationales dans la capitale


Bercy prévoit douze zones touristiques internationales (ZTI) dans lesquelles les commerces pourront ouvrir le dimanche, ainsi que le soir jusqu’à minuit.


Après la promulgation, début août, de la loi Macron sur la modernisation de l’économie, puis la phase de consultation des édiles parisiens et des syndicats professionnels, le dossier de l’ouverture dominicale des commerces (ou plus exactement de la possibilité d’emploi des salariés dans les commerce le dimanche)
est définitivement scellé à Paris. Le décret publié au JO le 24 septembre dernier et les arrêtés du 25 septembre définissent les douze zones touristiques internationales auxquelles s’ajoutent les six grandes gares parisiennes.
Dans la nouvelle carte, les sept zones touristiques préexistantes sont élargies.
S’ajoutent notamment, du côté de Montmartre, la rue des Martyrs en partie et la rue des Abbesses en totalité. Parmi les nouvelles zones sont inscrits le bd Haussmann, l’avenue Montaigne, les quartiers Saint-Germain, Maillot-Ternes, le Marais-République, Rennes SaintSulpice, mais aussi le quartier des Halles
à la demande insistante des commerçants et de la CCI Paris, le quartier Olympiades (incluant l’avenue d’Italie et le centre commercial Italie Deux, la rue de Tolbiac et le bld Masséna), Saint-Emilion-Bibliothèque
et le centre commercial Beaugrenelle.
Ces périmètres ont subi quelques modifications après la phase de consultation achevée le 15 septembre.
Dans le 15 ème notamment, une partie de la rue Saint-Charles dont les commerçants, fortement appuyés par la CCI Paris, ont souhaité le classement en ZTI, a été intégrée à la zone Beaugrenelle.

De même pour l’avenue de Wagram, incorporée dans la zone Maillot-Ternes (17 ème )

En revanche,
le bd Barbès a été retiré du secteur Montmartre, tout comme la place de la République, sortie de la zone Marais.
6% de la capitale selon Bercy « Ces douze zones ne recouvrent que 6% de la surface de la capitale, assure le ministère de l’économie, laissant de côté les arrondissements les plus habités ». En outre, elles correspondraient, selon lui, aux quatre critères définis pour l’élaboration de ces ZTI : le rayonnement international des zones, un réseau de transport assez dense, l’affluence des touristes résidant hors de France et l’importance de leurs achats ...
A noter : la loi prévoit que les ouvertures du dimanche ne pourront se faire qu’après signature d’un accord au sein des entreprises et que le travail nocturne sera payé double.
Plus d’information : www.economie.gouv.fr

                                                             ***

 

Source :L@VITRINE L'ESSENTIEL DE L'INFO POUR LES COMMERçANTS

CCI PARIS ILE-DE-FRANCE

 

clichy-avenue-17 (1).jpg

                         L'avenue de Clichy

             quartier des Epinettes à Paris XVII

                exclue du classement en ZTI

***

11886132_422472557960850_5299992532071395033_o.png

22/11/2015

PARIS L'ESSENTIEL---L@VITRINE

                             L@ VITRINE

Les associations de commerçants en quête d’un nouvel élan

Comme le dit l’adage, l’union fait la force. C’est précisément la raison d’être des associations de commerçants qui animent les rues de la capitale et défendent jour après jour les intérêts
de leurs membres. Mais comment motiver les adhérents quand leur nombre s’amenuise ?…

***
C’est la question que se posent la plupart des représentants d’associations
parisiens, désireux de donner un nouvel élan à leur union commerciale.
« A l’origine nous étions 120 adhérents, maintenant, nous ne sommes plus
que 30, déplore ainsi Philippe Gluzman, président de l’association 5 sur 5.
Si les commerçants étaient plus solidaires, on ferait beaucoup de choses… ».
L’association continue toutefois à programmer huit animations par an dont en
septembre, le Parcours BD dans le 5ème arrondissement. Mais pendant combien
de temps encore ?

***
Une union commerciale ne peut fonctionner que si chacun apporte sa pierre
à l’édifice : que ce soit du temps, des compétences ou tout simplement des
idées, elle ne peut vivre que si ses membres s’impliquent.
C’est le cas notamment de Carré Bastille, présidée par Dorothy Polley
qui fédère 80 professionnels du quartier, commerçants, restaurateurs,
galeristes, artisans, designers, créateurs, graphistes, artistes… La majorité
d’entre eux participent à chaque événement de l’association : festival,
braderie, rencontres pros, guide…. Les raisons de cette forte mobilisation ?
Un bureau motivé et soudé, un programme annuel d’animations et une personne
dédiée à la communication et au développement (voir le témoignage ci-contre).

***
11870877_10207784717800483_7173958696674562815_n.jpgAutre exemple : l’ACAJA, présidée par Jean-Claude Janan (Association des commerçants et artisans de la rue de La Jonquière, rues adjacentes et avenue de Clichy - 17ème), a des astuces pour motiver les commerçants à la rejoindre. « Dans
le quartier des Epinettes, beaucoup de commerçants viennent de différentes régions du monde et nous leur avons proposé de désigner l’un d’entre eux pour les représenter et organiser des rencontres et rendez-vous festifs.

Nous avons également créé des Trophées pour récompenser les plus belles décorations de vitrines, les plus beaux aménagements de magasins ou encore pour souhaiter la bienvenue aux nouveaux arrivants et les encourager.

Ces actions menées avec la CCI Paris sont très appréciées ».

Cela dit, l’individualisme des commerçants, conjugué avec un contexte
économique difficile rend de plus en plus ardue la collecte des cotisations et la
participation aux animations.

Aussi, selon Jean-Claude Janan, serait-il souhaitable de légiférer afin que les commerçants de proximité puissent disposer de fonds publics pour organiser notamment les illuminations.

Autre solution : que les autorités locales mettent en place des managers de centre-ville pour animer les quartiers et apporter, par leur action de terrain, leur soutien aux associations de commerçants.

.

Source: L@VITRINE L'ESSENTIEL DE L'INFO POUR LES COMMERçANTS

CCI PARIS ILE-DE-FRANCE

11886132_422472557960850_5299992532071395033_o.png