Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/02/2021

RELANCE des commerces de proximité VILLAGE LA JONQUIERE et Bas avenue de Clichy.

RELANCE SUITE A LA CRISE SANITAIRE COVID-19 

 l'attractivité commerciale s'impose

Rue de La Jonquière

Avenue de Clichy

Paris 17ème

covid_19.jpg

                 La revitalisation commerciale

 

                     de la rue La Jonquière  

 

             et du bas de l'avenue de Clichy

L'avenue de Clichy et la rue de La Jonquière, quartier des Epinettes Paris 17ème, sont les principales artères commerciales.

Dans les années 1970, ces deux artères étaient les principales du quartier des Epinettes..

Elles offraient une gamme de commerces florissants, en plus d’être un lieu de rencontres sociales et culturelles.

L’arrivée des centres commerciaux en périphérie de Paris, les mouvements de population, et la crise SANITAIRE COVID-19 ont perturbé l’attrait de ces deux artères  auprès de la population.

La conséquence, plusieurs entreprises et commerces de proximité sont en difficultés.

Actuellement, la rue de La Jonquière et l'avenue de Clichy se partagent en pôles aux vocations différentes. .

Le premier pôle La Jonquière conjugue des rôles commerciaux et résidentiels (nouveau complexe résidentiel, square, école, piscine, théâtre, café restaurant, boulangerie, commerce, clinique, etc.).

Pour ce qui est du deuxième pôle l'avenue de Clichy, il regroupe les commerces les plus achalandés (restaurant, habillement, maroquinerie, brasserie, pharmacie , épicerie, fruits et légumes, banque etc.). 

À l’heure actuelle, ces deux artères comptent  plus de 170 commerces. 

Depuis quelques années, dans le but de rendre aux Epinettes sa place comme le cœur commercial et social de l’arrondissement, la Ville de Paris, la Mairie du 17ème arrondissement, l’Association des Commerçants-Artisans ACAJA et ses partenaires dont la Chambre de Commerce de Paris et la SEMAEST, travaillent à revitaliser ces deux artères.

Les objectifs de cette revitalisation consistent à : Favoriser une plus grande circulation piétonne et cycliste

  • - Améliorer l’image et l’attractivité des deux artères
  •  - Accroître la fréquentation des commerces et des services
  • - Diversifier le mix commercial
  • - Favoriser l’arrivée de nouveaux commerces
  • - Soutenir la revitalisation et le réaménagement des deux artères   commerciales
  • - Augmenter la qualité des milieux de vie
  • - Favoriser la croissance économique
  • - Favoriser la création d'emplois
  • - Accroître la sécurité des biens et des personnes
  • - Le Tribunal de Grande Instance de Paris - Porte de Clichy
  • - Le siège de la Police Judiciaire de la Préfecture de Police - Porte de Clichy
  • - Le Tramway T3 de la Porte de Clignancourt à la Porte d'Asnières
  • - Le prolongement de la Ligne 14 du Métro avec une station Porte de Clichy

 Le renouveau de l'attractivité commerciale

est en bonne marche

pour le territoire associatif ACAJA

Préparons nous avec les commerçants,

artisans et hôteliers du secteur associatif de

l'ACAJA à vaincre la crise sanitaire COVID-19

Nous vous engageons vivement à prendre contact avec la CCI PARIS pour relancer votre activité grâce aux dispositifs de soutien aux entreprises.

Un numéro pour répondre à toutes vos questions gratuitement: 01 55 65 44 44

htps://www.entreprises.cci-paris-idf.fr

LOGO ACAJA 01032016.png

 

 

 

 

12/02/2021

PHOBIE SCOLAIRE

covid_19.jpg

SUITE à le crise sanitaire COVID-19 et au confinement de mars 2020 de nombreux élèves, collégiens,  lycéens  souffrent d'une phobie scolaire.

Il apparait que de nombreux élus et citoyens  ignorent  cette pathologie

Qu'est-ce que la phobie scolaire ?

phobie-scolaire.jpg

La phobie scolaire est une angoisse massive qui survient à la simple idée d’aller à l’école. Elle se manifeste typiquement au moment du départ de la maison par une crise de panique qui ne s’estompe que lorsque l’enfant est convaincu qu’il n’ira pas à l’école.

En 2011, elle est définie dans le Journal Officiel : « La phobie scolaire, ou refus scolaire anxieux, est une manifestation de refus de la fréquentation scolaire, à distinguer du refus d’apprendre ou de difficultés d’apprentissage. »

La Classification Française des Troubles Mentaux de l’Enfant et de l’Adolescent R- 2012 retient la définition suivante : « manifestation d’angoisse majeure avec souvent phénomène de panique liée à la fréquentation scolaire et interdisant sa poursuite sous les formes habituelles ».

Si un enfant fait une PHOBIE SCOLAIRE je vous engage vivement à faire un signalement au directeur de l'établissement ou il est scolarisé et à prendre un rendez-vous en urgence chez votre médecin de famille.

...

 

08:17 Écrit par l'ACAJA dans ACAJA FLASH INFO | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | |

10/02/2021

PARIS S'ENGAGE---SOURCE MAIRIE DE PARIS

Paris s'engage pour la relance de l'activité économique

Mise à jour le 09/02/2021
nir en haut
Aides aux entreprises, création d'une foncière pour les commerces, plan de soutien au tourisme, engagements pour accompagner les Parisiens les plus fragiles… Voici les principales mesures annoncées ce 8 février pour relancer l'activité économique en cette période de crise sanitaire.
Entrevoir des jours meilleurs et un avenir éclairci à tous ceux qui souffrent de difficultés économiques liées à la crise sanitaire du Covid-19. C'est l'objectif des mesures annoncées ce jour, en direction à la fois des entreprises et des Parisiens.
Paris est particulièrement impactée en étant le département francilien le plus touché par la crise. La capitale est davantage touchée en raison de sa structure économique liée à l’importance des secteurs du tourisme, de la restauration, de la culture, des petits commerces ou encore des services de soutien aux entreprises. L'activité s'est ainsi contractée de 10 %, contre 8 % à l’échelle nationale ; et le taux de chômage a bondi de 15,7 % avec près de 38 600 emplois salariés détruits.
Après avoir lancé un plan de soutien de plus de 200 M€ l'an passé (exonérations de loyers, taxes, redevances, aides à l’investissement), la Ville a travaillé dès la fin 2020 à de nouvelles mesures importantes dévoilées ce jour.

Les mesures économiques pour relancer l'activité des entreprises

Créer une foncière pour soutenir les commerces de proximité et les hôtels indépendants

Cette foncière "Commerces" avec son agence unique de gestion aura notamment pour objet de racheter temporairement des actifs (murs et fonds de commerces) pour permettre aux commerçants d’avoir des liquidités pendant la crise, avec une option de rachat une fois la crise passée. L'an passé, rappelons que 46 000 commerces dits "non essentiels" sont restés fermés en mars-avril et en novembre 2020, ou ont limité leur activité à de la vente à emporter. Ces mesures devraient ainsi pouvoir aider un grand nombre de commerçants et d'hôteliers.

Lancer un fonds de soutien en direction du secteur du tourisme

Un fonds doté de plus de 80 M€ va être mis en place pour accompagner des TPE et PME de tourisme en leur offrant une solution en quasi fonds propres entre 50 000 et 400 000 €. Paris a énormément souffert de la baisse du nombre de touristes étangers et de la chute du tourisme d'affaire. Ainsi, au mois de novembre 2020, le taux d'occupation de l'activité hôtellière n'était que de 8% contre 83 % en 2019. Ce fonds devrait permettre d'apporter une bouffée d'oxygène au secteur du tourisme.

Accompagner les entreprises dans la relance

Les entreprises parisiennes pourront être accompagnées à travers trois axes : le développement économique et leur attractivité ; la transition écologique et numérique ; l’emploi, l’enseignement et la formation. Des actions concrètes vont être lancées dès 2021 avec la mise en place de kiosques pour accompagner les TPE/PME, de soutien psychologique aux chefs d’entreprise, et d' accompagnement à la digitalisation et à la transition écologique des entreprises. Et si la crise sévit, Paris a vu en 2020 des signes encourageants avec 8 700 créations d’entreprises, un niveau très important avec un pic à l'automne dans les domaines de la livraison de biens ou de repas à domicile, ou encore la logistique pour la livraison de commandes digitales.

Créer un observatoire de l’activité et de l’emploi parisien

Lancé à l’initiative par la Ville de Paris, cet observatoire réunira régulièrement les différents acteurs impliqués dans les secteurs les plus affectés par la crise. Il a vocation à produire des notes de conjonctures trimestrielles et des notes thématiques. Laboratoire d’analyse des indicateurs, il permettra d’identifier les signaux faibles et forts afin d’anticiper les mutations de l’économie parisienne et d'adapter les politiques publiques.

Privilégier les PME/TPE ou des acteurs de l’ESS dans les commandes publiques de la Ville

La Ville continuera demain de prendre toute sa place pour relancer son économie à l’aide de mesures concrètes, en lançant, dès la mi-2021, un nouveau schéma de la commande publique, un "Small business act" parisien, pour offrir plus de débouchés pour les TPE/PME et les structures de l’économie sociale et solidaire (ESS) francilienne.
Aujourd’hui, 80% des fournisseurs de la Ville de Paris sont des TPE/PME, pour 50% du montant total des achats réalisés, résultat des efforts poursuivis depuis 2014. Afin de mettre en place ce "Small business act" parisien, la Ville prend l’engagement suivant sur la prochaine mandature : 9 prestataires de la Ville sur 10 devront être des PME/TPE ou des acteurs de l’ESS.

Relancer un nouveau programme d’investissement de 1,4 milliards d’euros

La Ville va investir 1,4 Mds€ en 2021 qui contribuera à fournir des débouchés indispensables pour soutenir l’activité des entreprises. Ce programme contribuera à la transformation durable de la ville, notamment la végétalisation des Champs-Elysées ou de la porte de la Chapelle, la baignade dans la Seine en vue des JOP 2024, ou encore la création de nouvelles pistes cyclables sur tout le territoire.

Des mesures à destination des Parisiens les plus fragiles

Au cours des mois à venir, les habitants des logements sociaux de la Ville de Paris vont bénéficier de dispositifs leur permettant de faire des économies dans quatre domaines : logement, alimentation, énergie et accès à internet. A Paris, un habitant sur cinq vit dans le parc social. S'appuyer sur la force de ce nombre, c'est permettre de réaliser des économies d’échelles et de les redistribuer en pouvoir d’achat à ceux qui vivent dans ce parc social et sont aujourd'hui durement touchés par la crise. Ces nouveaux dispositifs vont ainsi constituer pour les bénéficiaires un véritable "pack pouvoir d'achat".

Alléger le budget alimentation

Dès 2018, la Ville de Paris et le bailleur social Paris Habitat créaient VRAC Paris. Cette association Vers un Réseau d’Achat en Commun a pour objectif de rendre accessible au plus grand nombre des produits de qualité (denrées alimentaires, produits d’hygiène, produits d’entretien), prioritairement locaux, issus de l’agriculture paysanne, biologique, équitable. Ils sont vendus à prix bas, grâce à la réduction des coûts intermédiaires (circuits courts) et superflus (produits en vrac, réduction des emballages).
Six sites existent aujourd'hui. D’ici la fin de l’année, 4 nouveaux sites seront ouverts, qui permettront à plus de 3 000 locataires supplémentaires d’accéder à VRAC. Il s’agit des locataires de la porte de Vanves dans le 14e, de la porte d’Aubervilliers et du boulevard Mac Donald dans le 19e, de la porte de Bagnolet, du boulevard Davout, de la rue Louis-Lumière, de Python-Duvernois et des Amandiers dans le 20e.

Maintenir les familles modestes et les jeunes dans leur logement

Le Fonds de solidarité pour le logement (FSL) de Paris est un ensemble de dispositifs d’aides à destination des personnes et familles ayant des difficultés liées à l’occupation d’un logement (impossibilité de faire face aux dépenses relatives à l’installation, dettes de loyers, de charges, d’énergie, besoin d’accompagnement social, etc.).
Ce budget est augmenté. Il passe de 11 millions en 2019 à 16 millions en 2021. Et il est étendu aux résidents des logements temporaires (foyers de jeunes travailleurs et les résidences sociales) qui représentent 16 377 logements à Paris.

Economiser 120 euros par an et par foyer sur la facture d’énergie

L’énergie est le premier poste parmi les charges des locataires : elle représente en moyenne 35 % des charges, le chauffage pesant le plus lourd dans les factures. Le confinement et le télétravail ont augmenté ces dépenses pour les familles.
La volonté est de réduire la facture d’énergie des familles du parc social de 15 % par an sur le prix de l’énergie. L'objectif est de libérer 120 euros par an et par foyer pour le pouvoir d’achat des locataires.
Comment ? En jouant sur les volumes d’achat. Dans les deux prochaines années, les trois bailleurs de la Ville vont unir leurs forces et passer un achat groupé d’énergie pour réduire les prix, grâce au volume. Cela va concerner tous les locataires en chauffage collectif (électricité et gaz).
A l’heure actuelle, les bailleurs ont contractualisé avec différents opérateurs. Ces contrats arrivent tous à terme d’ici 2022. Tous les contrats d’énergie pour la consommation en collectif seront remplacés par un achat groupé inter-bailleurs qui permettra de faire baisser les charges locatives mensuelles directement sur la quittance de loyer.

Offrir un accès internet à 2 euros

Des locataires du parc social ne disposent pas d’un accès à haut débit, ni de lignes téléphoniques fixe du fait des tarifs des abonnements. D'autres locataires ont un abonnement auprès d’un opérateur, mais le coût est un effort sur le budget mensuel du foyer avec la crise sociale.
Une offre triple-play (Internet, TV, téléphonie fixe) pour moins de 2 euros par mois sera proposée aux locataires du parc social qui le souhaitent. Cette offre, déjà testée auprès de 20 000 abonnés, locataires de Paris Habitat, sera généralisée aux trois bailleurs.

10:26 Écrit par l'ACAJA dans ACAJA FLASH INFO | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | |